14.01.2022 /
Chine
/ news

Chine: 7 ans de prison pour un libraire et sa femme

En Chine, un libraire et sa femme ont été condamnés à 7 ans de prison et à une amende conséquente pour avoir imprimé et vendu de la littérature chrétienne.

Le combat des autorités contre la circulation de la Bible et de la littérature chrétienne en général continue: de nouvelles condamnations ont été prononcées fin 2021 au Nord-Ouest de la Chine. 

7 ans de prison et une amende

Leur appel a été rejeté le 16 novembre. Chang Yuchun, 53 ans et sa femme Li Chenhui, 44 ans passeront les 7 prochaines années en prison. Leurs 4 enfants, âgés de 4 à 22 ans, vivent actuellement chez leurs grands-parents de 70 et 73 ans. En plus de la peine de prison, ils doivent s'acquitter d'une amende colossale de 38'000 francs chacun. 

En août, ils avaient été condamnés par un tribunal de district pour «opération commerciale illégale» et «incitation à la rébellion contre l'État». La cour intermédiaire de Xi'an, la capitale de la province de Shiaanxi au Nord-Ouest de la Chine a étudié l'appel de la décision de justice et l'a rejeté.

Pendant 5 ans, Yuchun et Chenhui avaient imprimé et vendu de la littérature chrétienne jusqu'à ce que leur commerce soit fermé par les autorités en juillet 2021. On leur a reproché d'avoir dirigé une activité commerciale sans licence.

Un précédent

En septembre 2020, un autre libraire dans la province de Zeijiang (Est de la Chine) avait déjà été condamné. Il avait écopé de 7 ans de prison et d'une amende de 29'000 francs pour activité commerciale illégale. Il dirigeait une librairie en ligne qui vendait de la littérature chrétienne.

À l'époque, un chrétien local avait confié à Portes Ouvertes que ce n'était pas le premier cas de libraire condamné parce qu'il vendait du contenu chrétien. Mais que l'on était rarement condamné à de la prison et à une forte amende pour ce genre de «délit». Depuis, d'autres chrétiens ont été lourdement condamnés pour des raisons similaires. Si la version papier des Écritures est étroitement surveillée, les autorités s'en prennent également aux versions numériques de la Bible.