10.11.2018 /
Turquie
/ news

Turquie: un missionnaire canadien expulsé

Il avait reçu l'ordre de quitter la Turquie sous 15 jours. Il est parti le 25 octobre 2018. David Byle était considéré comme une menace à la sécurité nationale à cause de ses activités chrétiennes.
 
David Byle, chrétien et évangéliste originaire du Canada, a été expulsé de Turquie. Il avait été arrêté le 13 octobre, puis placé en détention pendant une nuit par la police à Ankara, la capitale turque. Le missionnaire avait reçu l'ordre de quitter la Turquie sous 15 jours. Il est parti le 25 octobre 2018.
Byle a déclaré qu'il a été «douloureux» pour lui et sa famille de faire face à l'intimidation continue des autorités turques depuis plusieurs années.

Considéré comme une menace à l'ordre public et à la sécurité nationale

Lors du procès de David Byle en première instance, la Cour avait conclu que ses «activités de propagande chrétienne allaient au-delà des rites habituels» et qu’elles pouvaient représenter une menace pour les autres religions. 
En février 2017, la Cour constitutionnelle de Turquie avait suspendu son arrêté d’expulsion. Le gouvernement turc le considérait cependant comme une menace à l'ordre public et à la sécurité nationale. Il pouvait être expulsé à tout moment.

Des années de bataille judiciaire

L'évangéliste David Byle a vécu 19 ans à Istanbul, en Turquie. En tant que résident de longue durée, David Byle a été détenu par les forces de l'ordre à de multiples reprises et a subi des heures d'interrogatoires à cause de son implication dans des activités chrétiennes avec des fidèles d'églises turques. Il a été arrêté en 2007 pour «évangélisation de rue». Il a failli être expulsé 3 fois du pays et a dû effectuer des séjours de plusieurs mois à l'étranger pour se conformer à la réglementation turque sur les visas.
La dernière arrestation de David Byle est intervenue le lendemain matin de la libération du pasteur Andrew Brunson, le 12 octobre 2018.
Selon l'Association des églises protestantes de Turquie, les cas d'expulsions, de refus de visas de résidence et de pratiques d'intimidation stressantes contre des chrétiens protestants non turcs vivant en Turquie ont quadruplé ces 2 dernières années.