20.02.2019 /
Sri Lanka
/ news

Sri Lanka: un pasteur menacé par des moines bouddhistes

Un pasteur srilankais a été menacé par des moines bouddhistes: soit il arrête ses activités religieuses, soit il s'expose à des représailles.

Au Sri Lanka, le dimanche 10 février, le pasteur Nalin (pseudonyme) et les membres de son église de maison ont été menacés par un groupe de 20 jeunes agressifs menés par 3 moines bouddhistes. Les chrétiens présents ont été sommés d'arrêter leurs réunions dans le village. Un de nos partenaires sur place a recueilli le témoignage de Nalin:

«Un des moines lui a dit que c'était la dernière fois qu'il venait parler et que la prochaine fois, il n'empêcherait pas les jeunes de faire ce qu'ils veulent...»

Certaines personnes de l'attroupement ont jeté des pierres sur la maison jusqu'à l'arrivée de la police. 

Déjà menacé par des bouddhistes en 2014

En 2014, le pasteur Nalin avait déjà été victime de persécution de la part de moines bouddhistes. Il avait été accusé par 15 d'entre-eux de «tentative de conversion forcée». Deux jours auparavant, une femme était venue chez lui et lui avait demandé une bible. Le pasteur lui en avait remise une. Selon le pasteur Nalin, il s'agissait probablement un coup monté, destiné à l'accuser.

La semaine suivante, lors d'une réunion dans une église de maison, des moines ont fait irruption et ont confisqué les bibles des personnes présentes. Ils avaient aussi crevé les pneus de leurs voitures.

Les attaques sont encouragées par les moines bouddhistes

Il n'est pas rare que les églises protestantes évangéliques subissent les attaques de foules encouragées par des moines bouddhistes qui attisent leur colère. En 2017, on recensait 195 actes de persécution à l'encontre des chrétiens depuis l'avènement du président Maithripala Sirisena.

En 2016, la nouvelle Constitution a pu redonner un peu d'espoir à la communauté chrétienne sri-lankaise, puisqu'il s'agissait de mieux prévenir les tensions ethniques. Mais les chrétiens d'arrière-plan bouddhiste sont discriminés. Les représentants religieux bouddhistes craignent que le christianisme ne prenne de l'ampleur, qualifient les églises d’illégales et exigent finalement leur fermeture.