14.02.2019 /
Pakistan
/ news

Pakistan: Fait exceptionnnel, un chrétien accusé de blasphème libéré

Décision très rare au Pakistan. Un chrétien pakistanais, emprisonné depuis 3 ans pour blasphème, a été libéré en 1ère instance.  Sa famille a payé un lourd prix suite aux accusations.

Pervaiz Masih est enfin libre. C’est une situation exceptionnelle au Pakistan. Après trois ans d’emprisonnement pour blasphème, le tribunal de première instance de Kasur, dans la province du Pendjab, a décidé de libérer ce chrétien le 15 janvier pour absence de preuves contre lui.

Originaire du village de Garhaywala, Pervaiz travaillait dans une briqueterie. En 2015, il avait été accusé d'avoir insulté le prophète de l'islam Mahomet lors d'un conflit avec un homme d'affaires musulman. Pervaiz a toujours clamé son innocence. Il a passé 20 jours en prison avant d’être libéré une première fois, et de nouveau incarcéré.

Libre, mais il a tout perdu

La joie de Pervaiz Masih est altérée car sa famille est détruite. Avant son arrestation, son beau-frère et sa femme Zareena ont été sévèrement battus par les forces de l’ordre.

Zareena a eu la colonne vertébrale fracturée et est désormais paralysée et alitée. Ils ont perdu leur fille de trois ans dans des circonstances douteuses. L’enfant se serait noyée dans un petit réservoir d’eau.

L’homme ne peut plus retourner chez lui et n’a pas l’argent nécessaire pour payer des soins à son épouse.

Une décision exceptionnelle qui ravive l'espoir

L'acquittement par un tribunal de première instance est rare. Lorsqu’il s’agit de blasphème, les juges reçoivent souvent des menaces de la part des activistes radicaux. Ils se voient obligés de transférer leur responsabilité à une juridiction supérieure, comme c’était le cas pour Asia Bibi qui est allée jusqu'à la Cour suprême.

La libération récente d'Asia Bibi le 31 octobre 2018 (confirmée par la Cour suprême le 29 janvier) et celle de Pervaiz Masih ravivent l’espoir de la minorité chrétienne pakistanaise. Mais environ 17 chrétiens seraient encore en prison, condamnés pour blasphème ou emprisonnés pendant leur procès.