04.10.2018 / news

Niger: enlèvement d'un prêtre italien

Le prêtre italien Pier Luigi Maccalli, âgé de 57 ans, a été kidnappé par des individus armés lundi 17 septembre à Bamoanga, au Niger.

Le prêtre italien Pier Luigi Maccalli, en service pendant 11 ans dans le Sud-Ouest du Niger, a été enlevé par un groupe armé lundi 17 septembre dans sa paroisse de Bamoanga, à environ 125 km de Niamey, la capitale du Niger.

Selon des sources locales, vers 21 heures, huit hommes armés en moto ont pénétré dans l’église. Ils ont attaqué et enlevé le prêtre, puis sont repartis avec lui vers la frontière du Burkina Faso.

Deux religieuses ont été également kidnappées, mais ont heureusement réussi à s'échapper pendant l'attaque. Un autre prêtre étranger, d'origine indienne, qui était également dans la paroisse pendant l'attaque, est également en sécurité.

«Un sentiment de tristesse»

Des dizaines de personnes de diverses communautés autour de Bamoanga se sont rassemblées spontanément à la paroisse lorsqu'elles ont entendu parler de l'enlèvement du prêtre Pier Luigi Maccalli. Il y avait un sentiment de tristesse parmi eux. Des dizaines de personnes se sont rassemblées en silence. D'autres peuvent difficilement cacher leurs émotions. Elles ont versé des larmes en essayant d'exprimer leurs émotions, en disant :

«Comment cela peut-il arriver à quelqu'un qui a toujours été présent pour aider les gens dans le besoin ?» 

Crainte d'un départ massif des missionnaires

L’évêque Laurent Lompo, archevêque de Niamey, est également préoccupé par l'impact de l'enlèvement du prêtre.

Selon lui, le dernier enlèvement, bien que le premier visant un missionnaire catholique, soulève la question de la présence des missionnaires occidentaux dans d'autres régions du pays.

Diara Banyoura, membre du parlement et maire de Makalondi (qui comprend également le village de Bamoanga, où l'enlèvement a eu lieu) déplore ce triste évènement.

Il a dit qu'ils étaient d'accord pour dire que «ce qui s'est passé est vraiment déplorable», craignant un départ massif de missionnaires étrangers, qui pourrait éventuellement conduire à la fermeture de nombreux projets menés par l'église catholique dans la région et ailleurs.

Le Niger n’est pas dans la liste des pays qui persécutent les chrétiens. Le kidnapping du prêtre étonne, car il s’est produit à seulement 100 km de la capitale Niamey.