28.02.2019 /
Iran
/ news

Iran: toute une famille dans la tourmente judiciaire

Toute sa famille est dans la tourmente judiciaire. L'audience en appel de Shamiram Isavi Khabizeh, l'épouse du pasteur Victor Bet Tamraz, s'est tenue le 19 février.

Shamiram Isavi Khabizeh est accusée d'avoir agi contre la sécurité nationale et contre le régime iranien. Le 19 février se tenait une audience en appel. Son cas n'a pas encore été tranché et une autre séance se tiendra prochainement. 

L'année dernière, Shamiram a été condamnée à 5 ans de prison par le juge Ahmadzadeh du tribunal révolutionnaire de Téhéran. La chrétienne a été accusée d'avoir organisé de petits groupes, d'avoir participé à un séminaire à l'étranger et formé des responsables religieux et des pasteurs à «faire de l'espionnage».

Ce nouveau procès s'est mieux déroulé que le précédent. Le 9 mai 2018, la séance avait duré près de trois heures. Le procureur et le juge s'étaient adressés durement à Shamiram et, sans preuves, avaient accusé toute sa famille de divers crimes contre le régime. Seul l'avocat de la défense avait été autorisé à parler. L'accusée elle-même n'avait pas pu se défendre.

Pressions en raison de leur foi chrétienne

La famille Bet Tamraz subit depuis quelques années la pression de la justice iranienne à cause de la foi chrétienne.

  • Le 4 juillet 2017,  le pasteur Victor, de l’église pentecôtiste assyrienne de Téhéran, est condamné à dix ans de prison pour avoir agi contre la sécurité nationale.
  • Le 6 janvier 2018, son épouse Shamiram a été condamnée à cinq ans d'emprisonnement.
  • Le 11 juillet de la même année, c'est leur fils Ramil et deux autres personnes qui ont été condamnés à quatre mois de prison.

D'autres chrétiens ont été condamnés avec eux, pour les mêmes raisons: Amin Nader Afshari, Hadi Asgari, Kavian Fallah Mohammadi et deux autres croyants doivent purger des peines d'emprisonnement de dix à quinze ans.

Le 27 juin 2018, Dabrina Bet Tamraz, la sœur de Ramil, comparaissait devant le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, à Genève pour dénoncer les fausses accusations et les sentences contre sa famille. 

L'Iran emprisonne les chrétiens en masse

Fin 2018, 256 personnes ont été arrêtées en seulement deux mois, à cause de leur foi chrétienne. C'était, d'après le gouvernement, une mise en garde contre toute tentative de prosélytisme éventuelle.

En Iran, la justice condamne souvent les chrétiens pour des raisons infondées afin de faire cesser les rassemblements en églises de maison.