08.12.2018 /
Chine
/ news

Chine: renconcer à la foi chrétienne pour obtenir son diplôme

Renoncer à sa foi en Dieu pour obtenir son diplôme? C'est le dilemne auquel les jeunes chrétiens de Chine sont de plus en plus confrontés. Depuis l'entrée en vigueur des nouvelles réglementations en février dernier, la pression sur les chrétiens s'est encore accrue. 

L'étau se ressert sur les chrétiens en Chine et le gouvernement ne veut pas que les jeunes générations aient accès aux connaissances religieuses. Le système éducatif leur met la pression. Plusieurs exemples le montrent dans les témoignages recueillis par le journal Bitter Winter.

·         Les autorités municipales d'une ville du Nord de la province chinoise du Hebei ont reçu des instructions sur la manière de traiter les élèves et les enseignants qui expriment leurs convictions religieuses.

·         Dans la province de Shandong, à l'Est de la Chine, les administrations scolaires ont clairement demandé aux élèves de renoncer à leur foi. Une élève a été menacée de ne pas obtenir son diplôme si elle conservait sa foi chrétienne; une autre, étudiante dans une université de médecine a été interrogée sur sa foi, et est maintenant forcée à y renoncer. La jeune fille est sous la pression d'une convocation à un «entretien idéologique» dans un proche avenir.

·         Les autorités ont récemment fermé un lieu de rencontre pour les étudiants croyants dans un centre de formation professionnelle à Zibo, ville voisine du district de Zhoucun. Dans la province du Shandong, les étudiants de la faculté Haidu à l'université agricole de Qingdao, ont aussi été avertis de ne plus assister aux réunions de sa communauté chrétienne.

D'après un document interne consulté par le journal Bitter Winter, les enseignants et les étudiants étrangers ne sont pas non plus autorisés à prêcher ou à promouvoir la religion, et les étudiants locaux n'ont pas le droit de parler de leur religion avec d'autres personnes ou de les inclure dans des activités religieuses.

En octobre, des élèves de 2 écoles secondaires de la province de Zhejiang devaient remplir un formulaire affirmant qu'ils ne se réclamaient d'aucune religion.

Les pasteurs invités à «rentrer dans le rang»

Ces dernières semaines, bon nombre d'églises non enregistrées dans le Sud-Ouest de la province du Sichuan ont aussi subi des pressions pour rejoindre le Mouvement Patriotique des Trois-Autonomies.

Un chrétien local a déclaré à ChinaAid, groupe de défense des droits basé aux États-Unis: 

«Des pasteurs ont reçu un dernier avertissement du gouvernement. Ils ont 2 semaines pour prendre une décision : soit adhérer aux mouvement des Trois Églises autonomes (contrôlé par l'État), soit être dissous.»

Le Comité provincial des affaires ethniques et religieuses de la province du Sichuan a déclaré sur son site Internet avoir formé plus de 100 fonctionnaires pour aider à «l'application de la loi» dans le contrôle des églises dans la province, a rapporté ChinaAid.

En août, 279 responsables d’églises avaient apposé leur signature sur une lettre publique adressée au gouvernement chinois pour lui demander de mettre fin à ses «actions violentes» contre les chrétiens, car les églises sont forcées à adhérer aux organisations religieuses de l’État.

Le Mouvement Patriotique des Trois-Autonomies a été fondé en 1950. Il regroupe une quinzaine de millions de membres et c'est la seule forme d'église protestante reconnue officiellement par le gouvernement chinois. Cependant, contrôlé par l’État, il est plus facilement sanctionné. Ses libertés sont limitées.