07.01.2022 /
Vietnam
/ news

Vietnam: Des villageois incendient une église de maison

Au nord du Vietnam, la maison de Moos* et de sa famille a été incendiée. Ces chrétiens vietnamiens refusaient de renoncer à leur foi malgré l’hostilité de leur communauté. 

Moos et les siens continuaient à évangéliser malgré les menaces des autres habitants de leur village. Ils avaient même ouvert leur foyer pour en faire une église. Alors les villageois, furieux, sont passés de la parole aux actes. Le 10 décembre dernier, ils ont mis le feu à la maison de cette famille chrétienne.  

Une foi plus forte que les menaces

Moos est marié et père de six enfants. Lui et sa famille sont devenus les premiers chrétiens de leur village en 2018. Depuis, ils ont dû faire face à une forte opposition de la part des autorités locales et des villageois. L'ensemble de la communauté considérait qu'il s'agissait d'un acte de trahison envers leur tribu et leur tradition, et craignait que leur conversion ne mette en colère les «esprits gardiens» du village.

Le chef du village et le reste de la communauté ont d’abord lancé des menaces verbales. Mais en 2020, quand Moos a commencé à partager l'Évangile avec ses voisins, les villageois en colère ont détruit ses biens agricoles. Mais cela n'a pas empêché Moos et sa famille de continuer à évangéliser. 

Peu après, dix familles de son village ont choisi de devenir chrétiennes. Elles ont commencé à se rassembler, à former une petite église. Ce qui a provoqué la colère du chef du village et d'autres responsables locaux. Ils ont mis Moos en garde, qui leur a répondu: «J'obéirai à mon Dieu plutôt qu'aux hommes.»

Furieux, le chef du village a menacé: «Nous trouverons un moyen de chasser votre famille! Nous détruirons votre ferme, votre bétail, et nous brûlerons votre maison!»

Des menaces qui se concrétisent

Depuis ce jour, Moos et sa famille étaient isolés des autres croyants de la communauté. Et ses enfants n'avaient pas non plus le droit de parler avec leurs camarades à l'école. Jusqu'à ce terrible incendie qui a détruit tout ce que Moos et sa famille possédaient. Ils ont perdu leur récolte de riz et de maïs, leurs vêtements et le matériel scolaire des enfants. Tout a brûlé. Moos et les siens ont peur, mais affirment qu'ils continueront à rester attachés au Christ.

La famille est hébergée provisoirement dans la maison d'un membre de l'église et elle reçoit occasionnellement de la nourriture et des vêtements d'autres chrétiens. Le partenaire local de Portes Ouvertes a également contacté une église de la région afin de venir en aide à Moos et à sa famille.

Violences et chantage

L’histoire de la famille de Moos n’est malheureusement pas un cas isolé au Vietnam. Surtout en zones rurales, les nouveaux convertis doivent faire face à l’hostilité de leur communauté. Le chantage, la destruction des récoltes, le licenciement et l’exclusion scolaire souvent encourus contreviennent pourtant aux lois sur la religion en vigueur au Vietnam. Une législation qui reste hélas très théorique dans bien des cas. «Ici, seule la loi du village compte», avait-on ainsi répondu à un chrétien qui s’y référait.

* Prénom d’emprunt