20.09.2020 /
Vietnam
/ news

Vietnam: la force dans la persécution

Comment la persécution a renforcé l’Église au Vietnam? Le pasteur Ngoc répond. 

Ngoc (prénom d’emprunt) est un chrétien courageux qui a lui-même vécu une intense persécution de la part du gouvernement. Il dirige aujourd’hui une église florissante.

La persécution, ciment de l’Église

Ngoc revient sur l’histoire récente du christianisme au Vietnam: «Dans les années 70, après la guerre, le gouvernement ne voulait pas que l'Église se développe, notamment parce que les Occidentaux avaient introduit le christianisme dans le pays. De peur de perdre le contrôle de la situation, les autorités ont emprisonné des pasteurs et des responsables chrétiens pendant au moins deux ans. D'autres, comme moi, ont été envoyés à plusieurs reprises dans des camps de rééducation. Nous étions considérés comme une menace pour le gouvernement communiste. Mais à mesure que la persécution s'aggravait, l'Église devenait plus forte. L'Église a continué à grandir et les chrétiens ont partagé l'Évangile avec audace. Parce que nous devions être prudents, nos rencontres sont devenues flexibles. Parfois, nous nous réunissions tôt le matin ou tard le soir.»

L’oppression persiste, différente

Ngoc poursuit: «Aujourd’hui, le gouvernement donne plus de pouvoir au maire d’une commune en lui promettant une promotion politique. Les autorités exercent donc plus de pression sur les chrétiens pour qu’ils renoncent à leur foi. L’an dernier, par exemple, un incident s'est produit dans l'un des villages que je visite. Un chrétien qui avait été autrefois fonctionnaire pendant 18 ans est décédé. Les autorités n'ont pas voulu que les habitants de son village assistent à ses funérailles, parce qu'il était chrétien. Quand j'y suis allé, son corps était simplement étendu sur le sol. Alors j'ai acheté un cercueil. Le jour où nous devions, avec sa famille et quelques chrétiens, l'enterrer dans sa propriété, les autorités locales s’y sont opposées. Nous avons décidé de l'enterrer au cimetière, mais le maire nous a empêchés d'utiliser la route. Il nous a obligés à passer par la forêt et nous avons dû nous frayer notre propre chemin jusqu'au cimetière.»

Plus forts, plus sages et plus instruits

«Actuellement, le gouvernement réalise que le christianisme est plus dangereux qu’il n’y paraît. Non parce que les chrétiens pourraient causer des violences, mais parce que Dieu a transformé leur vie», observe Ngoc qui ajoute: «Nous sommes devenus plus forts, plus sages et plus instruits. L’État s’aperçoit qu’il est devenu plus difficile de nous manipuler et de contrôler l’Église comme il l’entend.»

Et l’action de Dieu continue! Pendant le temps du confinement, de nombreux chrétiens ont été retirés des listes des personnes censées recevoir des rations alimentaires du gouvernement. Malgré cela, l'église de Ngoc avait en moyenne 10 nouveaux convertis par semaine! Heureusement, avec votre aide, les partenaires de Portes Ouvertes sont en mesure d'atteindre les croyants les plus vulnérables au Vietnam et ailleurs.