16.11.2018 / news

Ukraine : des dizaines d’églises interdites de rassemblement en République Populaire de Louhansk

Des dizaines d’églises sont obligées d’arrêter une partie de leurs activités après l’annulation de leur enregistrement légal en République populaire autoproclamée de Louhansk (Ukraine).

Toutes les dénominations chrétiennes sont concernées. En Ukraine, des dizaines d’églises de la République populaire de Louhansk (RPL) n'ont plus le droit de se rassembler.

La République Populaire de Louhansk (soutenue par la Russie) a déclaré son indépendance de l'Ukraine en 2014. En février 2018, une nouvelle loi sur la religion est entrée en application dans cette enclave en conflit permanent avec les forces gouvernementales ukrainiennes. Toutes les églises avaient jusqu'au 15 octobre pour se faire enregistrer légalement. Celles qui étaient déjà reconnues par l'État ukrainien ont perdu leur autorisation et ont dû refaire les démarches administratives auprès des sécessionnistes.

De nombreuses demandes rejetées

De nombreuses églises n'ont pas obtenu leur autorisation légale. 

Par exemple, la plupart des 44 églises baptistes locales, membres de l'Union baptiste ukrainienne, ont souhaité être réenregistrées mais toutes leurs demandes ont été rejetées. Un membre de l'église de Louhansk s'inquiète : «Les autorités ont déclaré que nos bâtiments ne nous appartiennent plus.»

Deux paroisses catholiques de Luhansk et Stakhanov attendent toujours le résultat de leurs demandes.

Des églises protestantes et évangéliques ont dû payer des amendes et subir les raids inopinés des forces de l’ordre sur leurs lieux de culte, à l’exemple de celui du 6 août dans l’église pentecôtiste Grâce de Dieu à Alchevsk.

Les églises qui n’ont pas réussi à se faire réenregistrer sont «considérées comme ayant arrêté leur activité». 

Liberté de religion ou de conviction limitées

Sous le gouvernement sécessioniste de la République populaire de Louhansk, chaque demande d'enregistrement doit être approuvée par le biais d’une «Commission experte en études religieuses». Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme a déclaré en août que cet enregistrement obligatoire «limiterait la liberté de religion ou de conviction et créerait des inquiétudes en matière de protection des fidèles.»

Le ministère de la Sécurité d’État de la République populaire autoproclamée de Louhansk (RPL) a qualifié de «destructrice» l'activité de l'Union Ukrainienne des Églises évangéliques chrétiennes et baptistes, elle-même assimilée à une «organisation religieuse extrémiste», selon une publication sur son site internet en juillet.