24.02.2022 / news

Ukraine: Les chrétiens protestants bientôt dans la clandestinité ?

Les chrétiens d'Ukraine s'étaient préparés à des scénarios possibles. Ils n'ont pas oublié ce que signifie être persécuté – comme à l'époque soviétique.

 

Romanel s/Lausanne, le 25 février 2022 – L'Ukraine est un pays complexe. Elle a obtenu son indépendance de l'Union soviétique il y a un peu plus de 30 ans, mais ne s’est jamais caractérisée par l'unité. C'est plutôt un État présentant des «failles ethnico-religieuses», comme l’exprime Elizabeth Kendal, analyste et avocate de la liberté religieuse. «La population du nord-ouest est ethniquement ukrainienne dans sa majorité, de langue ukrainienne et de religion ukrainienne orthodoxe et catholique. Les habitants du sud-est sont pour la plupart ethniquement russes, russophones et de confession orthodoxe russe.»

 
«Nous ouvririons nos portes pour vous»

Président du Séminaire théologique baptiste ukrainien, Yarsolav «Slavik» Pyzh a déclaré au magazine chrétien «Christianity Today»: «Les églises se sont déjà concertées. Celles qui se trouvent dans la partie occidentale de l'Ukraine ont dit à nos sœurs et frères d'autres parties de l'Ukraine: '‹Si quelque chose se passe, nous ouvrirons nos maisons et nos églises pour vous.»

 
Les baptistes entreraient dans la clandestinité

Les églises baptistes de l'est de l'Ukraine entreraient dans la clandestinité, a déclaré Pyzh. «Vous devez comprendre qu'historiquement, nous avons déjà vécu cette expérience sous l'Union soviétique». L'Église protestante n'a pas oublié ce que signifie être persécuté. «Je pense que nous allons nous réorganiser et faire ce que nous avons toujours fait, c'est-à-dire proclamer l'Évangile.»

 
Portes Ouvertes appelle à la liberté religieuse

Portes Ouvertes «appelle toutes les parties à protéger activement la liberté religieuse, ce qui inclut la reconnaissance et la protection du droit de tous les chrétiens – orthodoxes et non-orthodoxes – à se rassembler et à prier librement, en privé ou en public, en groupe ou individuellement.» Un porte-parole précise: «Nous demandons aux autorités de toutes les régions de reconnaître légalement les églises, indépendamment de leur statut d'enregistrement ou de la taille de leur communauté, afin qu'elles puissent fonctionner pacifiquement et avoir toutes accès à toutes les ressources.» 

 
Les activités chrétiennes deviennent illégales  

Les églises de la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, subissent une pression croissante depuis 2014. En effet, les protestations antigouvernementales ont conduit à une insurrection soutenue par la Russie dans les provinces de Donetsk et de Louhansk, où les rebelles avaient créé des républiques indépendantes autoproclamées.   

La guerre entre les séparatistes soutenus par la Russie et le gouvernement de Kiev a provoqué la fuite de millions de personnes au fil des années; au moins 14’000 personnes ont été tuées et une crise humanitaire a été déclenchée.  

En novembre dernier, l'Alliance évangélique européenne (AEE) a déclaré que le Donbass était «la région d'Europe où l'Église souffre le plus en raison du conflit et de la violation de la liberté religieuse».  

 
Difficultés pour les Églises non fidèles à la Russie

Les autorités des deux Républiques autoproclamées ont édicté des directives qui obligent les organisations religieuses à se faire enregistrer. Pour les églises qui n'appartiennent pas au Patriarcat de Moscou de l'Église orthodoxe, le respect de cette prescription s'est avéré extrêmement difficile. Une liste de 195 organisations religieuses enregistrées, établie en décembre 2019 par les autorités de Louhansk, a montré qu'aucune communauté protestante n'avait obtenu d'autorisation.

«Comme au bon vieux temps de l'Union soviétique, l'obligation d'enregistrement auprès des autorités est utilisée pour interdire certaines activités chrétiennes. Ne pas être enregistré signifie ne pas avoir accès au gaz, à l'électricité ou à l'eau – ce qui rend les activités d’église pratiquement impossibles», a déclaré Rolf Zeegers, analyste de la persécution à Portes Ouvertes.  

 
Églises interdites

En juin dernier, trois églises protestantes ont été interdites par les autorités de la République populaire autoproclamée de Donetsk et les bâtiments d'autres églises ont été confisqués. En août, des livres de Charles Spurgeon et de Billy Graham ont été placés sur une liste de littérature «extrémiste» interdite par un tribunal de la République populaire de Louhansk.  

Donetsk et Louhansk n'étant pas officiellement reconnus par la communauté internationale, à l'exception de la Russie, ils ne sont pas liés par les conventions internationales des droits de l'homme.   

«La reconnaissance officielle des Républiques populaires de Louhansk et de Donetsk par la Russie ne fera qu'encourager les rebelles à poursuivre leurs pratiques», a déclaré Zeegers. «Je ne m'attends (presque) à aucun changement par rapport à ce qui se passe déjà. Cela pourrait changer si la Russie décidait d'annexer les deux régions rebelles. Dans ce cas, la législation officielle russe serait appliquée», comme pour la Crimée.