21.09.2018 /
Syrie
/ news

Syrie: Attaque meurtrière contre une ville chrétienne

Le 7 septembre dernier, la petite ville chrétienne de Mhardeh, au nord-ouest du pays, a été bombardée par des rebelles syriens. L’attaque est probablement en rapport avec l'offensive actuelle du régime syrien contre la ville d'Idlib.

L'attaque a eu lieu à 18h30, heure de pointe, et de nombreux enfants jouaient alors dehors. Douze personnes ont perdu la vie. Cinq des victimes ont moins de quinze ans, dont trois frères et sœurs. Leur mère et leur grand-mère ont aussi été tuées; le père est à l'hôpital.
L’ensevelissement a eu lieu le lendemain; toute la ville était en deuil. Une cérémonie de mariage chrétienne prévue pour ce jour a dû être annulée.

Ce sont principalement des chrétiens qui habitent dans cette ville qui a une des population les plus denses de toute la Syrie. Des milliers de personnes s'y sont réfugiées à cause de la guerre civile. Les villages autour de Mhardeh sont aux mains des rebelles.

Déjà l'année dernière, les insurgés ont lancé une attaque massive pour tenter d'expulser les troupes gouvernementales stationnées à Mhardeh et de mettre la ville sous leur contrôle. L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH), basé à Londres, a confirmé l'attaque récente et établi le lien avec l'offensive actuelle du régime syrien contre la ville d'Idlib.

L’attaque de Mhardeh illustre le danger que les chrétiens courent même dans des régions relativement sûres: comme la plupart d'entre eux ont adopté une position neutre dès le début des manifestations contre le régime Assad, les rebelles les considèrent comme des sympathisants du gouvernement.

La guerre civile et la persécution ciblée des chrétiens ont fait fuir des centaines de milliers ces dernières années. C'est particulièrement vrai pour le nord-est de la Syrie. Dans la région le long de la rivière Khabour vivaient auparavant 10'000 chrétiens assyriens, aujourd'hui il ne reste que 900, comme l'a expliqué un représentant de l'Eglise assyrienne au New York Times en août dernier. A plusieurs reprises, les rebelles islamiques ont affirmé leur volonté de chasser tous les «infidèles» du pays.

Depuis le début de la guerre civile en Syrie, Portes Ouvertes soutient les églises avec de nombreux projets. Nous nous engageons pour la reconstruction et investissons dans des centres d'espoir et des projets d’aide à l’autonomie.