23.09.2022 /
Syrie
/ news

Syrie: Alaa a été au bénéfice des cuisines de l’espoir

Après avoir partagé avec vous le travail de Nazek et Nariman dans les cuisines de l’espoir, à al-Hwash en Syrie, voici le témoignage d’Alaa, rencontré par nos partenaires alors qu’il dépendait de ces repas chauds. Aujourd’hui, il travaille dans sa propre scierie.

Les sacs contenant les repas chauds sont calés dans deux grandes boîtes blanches à l'arrière de sa moto. Alaa démarre, pour une tournée de livraison dans les environs de l’église grecque orthodoxe de Mar Elias à Al Hwash.

Charpentier de 37 ans, il est l'un des nombreux membres de l'église qui apportent la nourriture aux personnes, principalement âgées. Ensemble, ils s'assurent qu'elles reçoivent au moins deux repas sains par semaine. Pendant un certain temps, Alaa et sa famille ont également eu besoin de cette nourriture, car ils sont arrivés dans le village en tant que personnes déplacées après avoir dû fuir Homs. 

De charpentier à «déplacé»

Aujourd'hui, cet homme a sa propre entreprise – une scierie qui lui assure un revenu, à lui et à deux de ses frères. «Je suis né et j'ai grandi à Homs, mais à cause de la guerre, nous avons été déplacés en 2011.» À al Hwash, il s'est marié et a maintenant un petit garçon.

«La situation à Homs était devenue insupportable», explique-t-il. «Les rebelles sont entrés dans notre quartier. Nous ne pouvions pas rester; nous avons dû chercher un endroit sûr, c'est pourquoi nous sommes venus ici. Nous nous sommes enfuis avec juste les vêtements que nous portions; nous n’avons rien pu emporter.»

Tout a été détruit

À Homs, il avait sa scierie avec ses trois frères. «Tout a disparu maintenant. Il n'y a plus rien, les maisons et les magasins ont brûlé. Mon voisin m'a dit que le toit de notre maison est détruit. Elle est inhabitable.»

De sa voix enrouée, il poursuit: «Nous avons dû reconstruire nos vies, mais comment faire? Nous n'avions rien.» 

Rêver à nouveau

Le soutien de l’église et les distributions de repas les ont aidés durant ces mois difficiles. Puis les choses ont changé quand Alaa a obtenu un micro-crédit pour lancer sa propre scierie à al- Hwash, avec ses frères. Cela leur permet de gagner plus. Et de rêver d’acheter à nouveau une maison, pour ne plus dépendre des hausses de loyer que leur propriétaire leur annonce régulièrement et ne plus craindre d’être expulsés.

Un moment de joie 

La scierie a opéré un grand changement et apporté de la joie à Alaa et à ses frères. «Ma plus grande joie, je l’ai ressentie lorsque les machines ont été livrées et qu’on les a installées dans l’atelier. Quel bonheur de pouvoir retravailler dans mon métier, et dans mon propre atelier. C'est un sentiment magnifique.»

Alaa s'accroche à sa foi chrétienne. «Dieu existe tout le temps. Nous remercions toujours Dieu, peu importe ce qui nous arrive, nous louons le Seigneur.» Il est reconnaissant à tous ceux qui ont soutenu l'église pour l'aider à démarrer la scierie. «Je vous remercie de tout mon cœur. Soyez bénis.»