29.09.2019 /
Soudan
/ news

Soudan: quels droits pour les minorités religieuses sous le nouveau gouvernement?

Le nouveau premier ministre du Soudan a promis la paix, mais qu'en est-il de la liberté religieuse?

Après des mois de manifestations, le Soudan a enfin un nouveau gouvernement depuis le 14 septembre. Alors que l'économie est en ruine et que les régions du Darfour et du Cordofan sont ravagées par des conflits meurtriers, tous les espoirs sont tournés vers ce gouvernement. 

Le nouveau premier ministre, Abdalla Hamdok, a déclaré dans son discours d'investiture qu'il faisait de la paix et de la sécurité ses priorités. Les chrétiens qui sont nombreux à souffrir de la guerre dans le Sud du paysIls espèrent que leurs droits seront garantis en tant que minorité religieuse. 

Huit responsables d'églises convoqués

En juillet dernier, la Cour Suprême du Soudan a convoqué huit responsables d’églises soudanais, accusés «d’intrusion criminelle et de possession illégale de propriétés» pour avoir refusé de céder leur propriété d’église au gouvernement en 2017. Le tribunal avait pourtant précédemment jugé en 2018 qu’il s’agissait d’une affaire administrative et non criminelle et avait acquitté cinq des huit accusés. Quelle sera la position du nouveau gouvernement sur cette affaire? 

Le Soudan est un pays musulman régi par la charia. Sous l'ancien président, qui voulait éradiquer le christianisme du pays, beaucoup d'églises ont été détruites et de nombreux pasteurs ont été jetés en prison.

Dans l'index depuis 1993

Le Soudan est un des rares pays africains à demeurer dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens de Portes Ouvertes depuis sa création en 1993, oscillant entre les 10 et les 20 pires pays pour les chrétiens. Ces derniers sont persécutés dans plusieurs domaines:

  • Vie privée : la conversion de l’islam à une autre religion est punie de mort par la loi. On se rappelle le cas de Mariam Yahia Ibrahim condamnée à mort pour apostasie en 2014. La plupart des convertis cachent leur nouvelle foi. Partager sa foi chrétienne avec un musulman peut être considéré légalement comme un « acte d’encouragement à l’apostasie ».
  • Vie familiale : lors des mariages mixtes, les chrétiens sont incités à se convertir à l’islam. Les enfants de chrétiens sont régulièrement marginalisés à l’école. Les convertis d’arrière-plan musulmans seront enterrés selon les rites islamiques.
  • Vie sociale : la loi punit les vêtements « indécents » ce qui met une pression vestimentaire en particulier sur les femmes chrétiennes. Les chrétiens sont discriminés dans le secteur public.
  • Vie civile : depuis 2011 le gouvernement mène une guerre qui s’apparente à du nettoyage ethnique dans les régions des Montagnes Nuba et du Nil Bleu. Beaucoup de civils, chrétiens, y sont tués.
  • Vie ecclésiale : le gouvernement a annoncé en 2016 un plan de destruction de 27 églises. 4 ont déjà été détruites ou saisies.

Les chrétiens sont nombreux à vivre dans la région du Cordofan ravagée par la guerre. L'ONG Portes Ouvertes les soutient en leur fournissant une aide d'urgence sous forme de nourriture et de médicaments. Nous les aidons également sur le long terme aux travers de projets dans le domaine de l'agriculture et de l'éducation.