22.11.2022 /
Qatar
/ news

Le Qatar est au cœur de l'actualité mondiale cette semaine. Pourtant les églises du pays restent à l'écart

Alors que la Coupe du Monde 2022 au Qatar débute dimanche, l'organisation humanitaire internationale Portes Ouvertes tire la sonnette d'alarme: toutes les églises chrétiennes officiellement enregistrées au Qatar sont cachées dans un seul bâtiment.

«Les visiteurs sont encouragés à visiter les musées, les sites historiques et les centres commerciaux du Qatar, mais ils ne seront pas en mesure de se rendre dans une église», explique Anastasia Hartman, porte-parole de Portes Ouvertes pour le Moyen-Orient. «La communauté chrétienne du pays est complètement bannie de la vie publique.»

Et de fait, toutes les églises chrétiennes officiellement enregistrées au Qatar se trouvent sur un seul site dans la capitale Doha : le complexe Mesaymeer. Il est à la disposition des chrétiens, qui constituent une part importante des expatriés internationaux présents dans le pays. D'autres églises existent, mais elles ne sont pas autorisées légalement à pratiquer leur religion et aucun signe religieux visible, tel que la croix n'est, pour elles, autorisé. 

«En 2020, en raison de la propagation du Covid-19, le gouvernement a informé les églises que l'autorisation de se réunir en dehors du complexe était suspendue», rapporte Hartman. «Plus de cent églises n'ont plus été alors autorisées à poursuivre leurs activités. Maintenant que la pandémie s'est calmée, le pays est à nouveau ouvert. Cependant, il n'y a toujours pas de signes indiquant que les églises seront autorisées à rouvrir. Il y a bien eu des annonces selon lesquelles le gouvernement délivrerait des licences, mais cela n'a pas été encore le cas.»

Quant aux Qataris locaux, ils n'ont pas le droit de pénétrer dans le site dédié au complexe d'églises évoqué plus haut. Les quelques convertis indigènes n'ont pas l'autorisation officielle de se rencontrer ou de pratiquer leur foi. La conversion à une religion non musulmane est considérée comme une apostasie et est officiellement punie de mort selon la loi islamique de la charia. Cela n'a pas été appliqué depuis de nombreuses années, mais les convertis sont soumis à une pression extrême de la part de leur famille et de la société musulmane. La conversion de l'islam à une autre religion n'est pas reconnue officiellement et entraîne des problèmes juridiques ainsi que la perte des droits sociaux, de la garde des enfants et de la propriété.

Les convertis, tant autochtones qu'immigrés, peuvent être victimes de discrimination, de harcèlement et de surveillance policière.

Le complexe de Mesaymeer a été créé par le père de l'actuel émir du Qatar comme une mesure du gouvernement visant à promouvoir le dialogue interreligieux. Pour Hartman, «c'est un beau geste. Mais aujourd'hui, le site est bien trop encombré. Il est temps que les chrétiens du Qatar puissent s'épanouir librement – la pratique religieuse est un droit de l'homme et non quelque chose qu'il faut cacher comme si c'était une honte».

«L'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies stipule que chacun doit pouvoir exprimer sa foi 'tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites», souligne Kurt Igler, directeur de Portes Ouvertes Autriche. «Tout en reconnaissant les mesures prises pour accueillir des églises étrangères dans le complexe de Mesaymeer, Portes Ouvertes appelle le Qatar à permettre aux organisations religieuses – tant étrangères que locales – d'exercer leurs activités de manière pacifique, sans surveillance ni ingérence.»