27.06.2022 /
Qatar
/ news

Qatar: derrière la Coupe du Monde, l'Église clandestine

Au pays de la Coupe du Monde de football 2022, les rares chrétiens présents dans le pays sont de plus en plus poussés à pratiquer leur foi dans la clandestinité. 

La communauté chrétienne du Qatar se compose principalement de travailleurs expatriés issus de communautés pauvres d'Afrique et d'Asie. Ils sont seulement autorisés à se réunir dans des églises situées dans une enceinte légalement reconnue. Pour cette raison, les chrétiens ont demandé à construire d'autres bâtiments d'église. Mais ils n'ont pas été autorisés à le faire.

Des réunions secrètes 

Résultat: les églises existantes sont trop petites. C'est pourquoi de nombreux chrétiens migrants se réunissaient ces dernières années dans des maisons. Dans un premier temps, le gouvernement n'avait pas pris de mesures contre ces réunions. Mais depuis 2021, une partie de ces églises de maison ne sont plus autorisées à fonctionner en tant que telles. Ce qui fait que les églises sont poussées de plus en plus loin dans la clandestinité et sont obligées de se réunir secrètement en petits groupes à domicile. D’où la «progression » du Qatar dans le classement de l’Index mondial de persécution.

Une liberté religieuse restreinte 

Les chrétiens souhaitent bénéficier de l'ensemble de leur liberté religieuse. Y compris la possibilité de pratiquer leur culte en privé ou en public, seuls ou collectivement. Certains sont légalement autorisés à se réunir et à pratiquer leur culte collectivement. Malheureusement, d'autres ont été restreints dans leurs activités. Les responsables chrétiens espèrent que leurs discussions avec le gouvernement qatari aboutiront à des solutions leur permettant de se réunir librement.

Au Qatar, les chrétiens ont tendance à faire profil bas. Les chrétiens expatriés peuvent être discriminés de l'intérieur, par leur propre communauté de migrants. Quant aux rares Qataris convertis, ils sont confrontés à l'hostilité de leur famille et de leur communauté. D'autant que la société qatarie adhère à une souche conservatrice de l'islam. Ce sont les femmes chrétiennes d'arrière-plan musulman qui sont les plus vulnérables: leurs familles ont le pouvoir de leur retirer le droit de voyager, de les maintenir en résidence surveillée, de leur refuser l'accès à l'argent et de les expulser du foyer familial. Et ce, dans une société où une femme ne peut pas facilement vivre seule.