22.06.2018 /
Pakistan
/ news

Pakistan: Asia Bibi en prison depuis 9 ans

Âgée de 47 ans, Asia Bibi est détenue en prison depuis maintenant 9 ans et attend toujours la décision de la Cour suprême suite à sa condamnation à mort pour blasphème. 

Accusée en 2009 par une femme de son village

C'était il y a 9 ans : Asia Bibi, 38 ans, vit au village d’Ittan Wali (district de Nankana Sahib) dans la province du Pendjab au Pakistan oriental, à environ 48 km de Lahore. Ce jour de juin 2009, elle cueille des baies dans un champ avec d’autres femmes de son village. Alors qu’elle se désaltère, la jeune femme est prise à partie par une autre ouvrière agricole, qui la considère comme impure. Le ton monte entre les deux femmes. Asia Bibi est accusée de blasphème et envoyée en prison. 

Condamnée à mort en 2010

Plus d'un an après, le 8 novembre 2010, au Tribunal de Nankana Sahib, la jeune femme est condamnée en première instance à la peine de mort par pendaison.

L’affaire passe en appel le 16 octobre 2014 à la Haute Cour de Lahore. La condamnation à mort d’Asia Bibi est alors confirmée.

Son procès en appel est sans cesse repoussé

Asia Bibi a un ultime recours : la Cour suprême du Pakistan qui a 3 ans pour la juger. La sanction est finalement suspendue par la Cour suprême en 2015 puis en 2016. L’audience est encore repoussée.

Depuis, Asia Bibi attend le procès en appel. En avril dernier, Mian Saqib Nisar, président de la Cour suprême pakistanaise, a déclaré qu'il présidera lui-même le siège à la Cour suprême et règlera l'affaire.

Malgré les risques encourus et les pressions subies, Asia Bibi a toujours refusé de renier sa foi. 

Isolée pour sa sécurité

Placée à l’isolement pour sa propre sécurité, elle est enfermée dans une petite cellule sans fenêtre à la prison de Multan. Si elle est libérée, elle ne sera pas plus en sécurité au Pakistan car elle risque de se faire assassiner à tout moment. Les islamistes réclament vengeance. 

Les chrétiens discriminés

Au Pakistan, les chrétiens sont gravement discriminés. Dès l’école, ils sont mis de côté. Plus grands, ils sont souvent visés par des accusations infondées et disproportionnées. La loi antiblasphème, instituée en 1986, est utilisée contre eux et contre des musulmans pour satisfaire les rancunes personnelles.