15.03.2019 /
Inde
/ news

NOUVEAU Inde: Envoyez un message d’encouragement aux chrétiens indiens

En septembre dernier, nous avons débuté la campagne «Impact Inde» pour une période de deux ans. Dès maintenant vous avez la possibilité, sur notre site web, d’encourager les chrétiens indiens par de courts messages. Rejoignez-nous!

Nous aimerions vous présenter le Pasteur Neelesh*, dont l’histoire rappelle celle de Job. Il a perdu son fils unique, ses champs, son travail, sa maison, mais il est resté fidèle à sa foi et il l’est encore aujourd’hui. Il travaille toujours comme pasteur, bien qu’il soit persécuté par ses voisins et son village.

Le pasteur Neelesh parle de cette perte, la plus douloureuse de toutes: «C’était il y a dix ans. Mon fils, qui avait sept ans à l’époque, avait été violemment battu par les garçons bouddhistes de son internat, qui étaient hostiles au christianisme. Quand je l’ai appris, je me suis précipité à l’internat pour le conduire à l’hôpital. Il est mort en chemin. Il est mort dans mes bras. Je n’ai rien pu faire.»

«J’étais furieux contre Dieu et déconcerté. Je ne comprenais pas son intention dans tout cela. Pourquoi laissait-il mourir mon enfant innocent de sept ans alors que ce même Dieu m’avait sorti de mon lit de mort?» Neelesh et son épouse ont noyé leur désespoir dans l’alcool. Un jour qu’il était venu en racheter, Neelesh a rencontré son pasteur dans le magasin. Celui-ci lui a posé une question qui a changé sa vie: ‹Veux-tu revoir ton fils?› «Cela m’a mis hors de moi. J’ai dit: ‹Tu te moques de moi? Tu sais qu’il est mort depuis longtemps! A mon étonnement, le pasteur m’a répondu: ‹Si tu continues à boire comme cela et que tu quittes Jésus, tu ne reverras plus jamais ton fils, qui est maintenant au ciel.›»

Neelesh dit que depuis ce moment, une paix profonde a rempli son cœur. Il a réconforté sa femme et repris son ministère. «C’était comme si Dieu m’avait complètement revivifié. Depuis lors, je travaille pour le Royaume de Dieu avec plus de foi et de zèle que jamais. Je ne quitterai pas mon village, car c’est là que j’ai été appelé à servir. Je suis certain qu’un jour ces gens reconnaîtront qui est le Christ.»

Par un message, vous pouvez encourager les chrétiens indiens, comme le pasteur Neelesh, et leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls et que vous priez pour eux.

*Nom d’emprunt