30.11.2021 /
Nigeria
/ news

Nigeria: Stupéfaction face à l'évaluation américaine de la liberté de religion

Le 15 novembre, le Département d'Etat américain a publié son évaluation annuelle des menaces qui pèsent sur la liberté de religion dans le monde - et a suscité un certain étonnement. Le classement du Nigeria, en particulier, a suscité l'incompréhension tant des chrétiens vivant dans ce pays que de nombreux experts. En effet, aucun autre pays ne compte autant de chrétiens assassinés pour des motifs religieux que le Nigeria.

Les églises nigérianes demandent des explications au gouvernement américain 

Avec la liste des "pays particulièrement préoccupants" (Countries of Particular Concern, CPC), le Département d'État américain attire chaque année l'attention sur les États dans lesquels il y a des "violations systématiques, persistantes et monstrueuses de la liberté de religion". Cette classification sert souvent de base à l'imposition de sanctions par le gouvernement américain. Ce n'est que l'année dernière que les États-Unis ont inscrit pour la première fois le Nigeria sur cette liste, ce qui a suscité l'approbation de nombreux experts en matière de liberté religieuse.

Le secrétaire d'État américain Blinken a qualifié le retrait actuel du pays de la liste de "fondé sur des faits", sans donner plus de détails. Les représentants de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) se sont montrés "perplexes" quant aux statistiques sur lesquelles le gouvernement américain s'est basé pour prendre sa décision. Dans un entretien avec la plate-forme d'information "Sahara Reporters", ils ont rappelé que les chrétiens continuaient à être persécutés par des groupes terroristes et d'autres associations islamiques dans le pays : "Nous demandons instamment au gouvernement américain de nous aider en nous faisant savoir ce qui a changé [depuis la publication de la liste l'année dernière] jusqu'à aujourd'hui". 

Le pasteur nigérian et militant pour la paix Gideon Para-Mallam a exprimé sa crainte qu'en retirant le Nigeria, "l'ampleur de l'impunité et de l'anarchie dont souffre le peuple nigérian dans la situation actuelle" puisse encore augmenter.
La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF), qui propose les pays à inscrire sur la liste du CPC, s'est également déclarée choquée par le retrait "inexplicable" du Nigeria de la liste : "Nous demandons instamment au Département d'État de reconsidérer son évaluation à la lumière des faits exposés dans son propre rapport".

"Le Nigeria se dirige vers une situation catastrophique"

Frans Veerman, directeur exécutif du département de recherche de Portes Ouvertes, World Watch Research (WWR), a souligné : "La situation au Nigeria ne s'est pas améliorée et il n'y a aucune raison claire pour laquelle le Nigeria devrait perdre son statut de CPC. Des recherches sur la violence dans le pays ont montré que le nombre de personnes tuées est plus élevé que l'année dernière. De nombreux éléments indiquent que le Nigeria se dirige vers une situation catastrophique. De nombreuses localités ont été pillées ou occupées de manière permanente, les récoltes ont été détruites et les terres agricoles occupées. L'hostilité non violente contre les chrétiens est également monnaie courante, en particulier dans les États appliquant la charia".

L'Index mondial de persécution 2021 place le Nigeria en 9e position des pays où les chrétiens sont le plus persécutés en raison de leur foi. Cependant, les nombreuses attaques violentes concernent également les musulmans modérés qui n'appartiennent pas à l'un des groupes militants.

Sources: New Telegraph, Sahara Reporters, Open Doors