10.06.2022 /
Nigeria
/ news

Nigeria: 50 tués lors d’une célébration de Pentecôte

Dimanche 5 juin, des hommes armés ont attaqué l'église catholique de St-Francis dans la ville d'Owo au sud-ouest du Nigeria, alors que les membres s'étaient réunis pour célébrer la Pentecôte. Ils ont tué environ 50 personnes présentes dans l’église.

Le porte-parole de la police de l'État d'Ondo, Funmilayo Ibukun Odunlami, a annoncé que les hommes armés avaient tiré sur des personnes à l'extérieur et à l'intérieur de l'église, tuant et blessant des fidèles. Selon des témoins oculaires, les assaillants ont également utilisé des explosifs.

Les autorités nigérianes n'ont pour l'heure pas établi de bilan précis de la tuerie, mais Adelegbe Timileyin, qui représente la région d'Owo à la chambre législative inférieure du Nigeria, a déclaré aux médias qu'au moins 50 personnes avaient été tuées, bien que d'autres aient avancé un chiffre plus élevé. L’homme d’état Ogunmolasuyi Oluwole a déclaré pour sa part que de nombreux enfants figuraient parmi les morts.

Un médecin souhaitant rester anonyme a déclaré qu'au moins 50 corps avaient été transportés dans deux hôpitaux des environs. Des dizaines de blessés ont demandé des soins médicaux, submergeant le personnel hospitalier.

Le gouverneur de l'État d'Ondo, Arakunrin Oluwarotimi Akeredolu, qui s'est rendu sur les lieux de l'attaque et auprès de certains blessés à l'hôpital, a qualifié l'incident de dimanche de «grand massacre» qui ne devrait jamais se reproduire.

Motifs incertains

Personne n'a jusqu'à présent revendiqué la responsabilité de l'attaque. Alors que la plupart des sources indiquent que le motif reste incertain, Adeyemi Olayemi, un législateur d'Ondo, a déclaré au Guardian que l'attaque serait l'œuvre de terroristes de l'ethnie Fulani. 

M. Olayemi a déclaré que l'attaque avait probablement été menée en représailles des récentes restrictions imposées par le gouvernement de l'État sur les pâturages et les forêts de l'Ondo. Ces restrictions ont été adoptées après une recrudescence des enlèvements dans l'État. «Nous avons bénéficié d'une meilleure sécurité depuis que les bergers ont été chassés de nos forêts par cette administration», a déclaré Olayemi. «Il s'agit d'une attaque de représailles pour envoyer un message de terreur au gouverneur.»

Les attaques, maintenant aussi perpétrées dans le sud

Il y a une semaine, déjà, le chef de l'Église méthodiste du Nigeria a été enlevé avec deux autres responsables chrétiens dans le sud-est du pays. Il a déclaré avoir payé 240’000 dollars pour être libéré avec ses compagnons.

Il y a deux semaines, deux prêtres catholiques ont été enlevés à Katsina, l'État d'origine du président Muhammadu Buhari, dans le nord du pays. Ils n'ont pas été libérés.

Le président Muhammadu Buhari a condamné l'attaque, la qualifiant d'«odieuse».

Le révérend Augustine Ikwu, secrétaire de l'Église catholique d'Ondo, a déclaré dans un communiqué que l'attaque avait «laissé la communauté dévastée. Nous nous tournons vers Dieu pour consoler les familles de ceux qui ont perdu la vie», a-t-il ajouté.