23.08.2018 /
Népal
/ news

Népal: une loi qui criminalise les conversions religieuses est entrée en vigueur

Un an après l’adoption du projet de loi, la législation qui criminalise les conversions religieuses et le fait de « porter atteinte aux sentiments religieux » entre en vigueur au Népal.

Le parlement népalais a adopté un projet de loi criminalisant la conversion religieuse et le fait même de « porter atteinte aux sentiments religieux ».

La minorité chrétienne du pays s’inquiète que cette nouvelle loi ne soit utilisée à mauvais escient.

La communauté chrétienne accusée à tort à cause d'un groupe militant

Récemment, un prête hindou a été la cible de coups de feu dans la ville de Virat Nagar, en Inde. Un tract laissé sur place accusait notamment les hindous de devenir pro-Indiens et de détruire des bibles. 

A cause de la mention « bibles », les chrétiens sont soupçonnés d’être les auteurs de ces violences. Dans différentes villes du Népal, des manifestations sont organisées contre eux. Certains pasteurs ont même reçu des menaces.

Le professeur Tanka Subedi, président du Forum pour la liberté religieuse au Népal, a souligné les problèmes causés par un groupe connu sous le nom d'Armée nationale mongole.

Ce groupe a publié un communiqué de presse disant qu'il allait « détruire tous les temples [hindous] et les gumbads [tombes] et construire des églises à leur place ». Ce groupe a également déclaré que le Népal deviendrait une nation chrétienne d'ici 2025.

La communauté chrétienne mise en cause par le gouvernement

« Ce groupe n'est pas issu de la communauté chrétienne. Mais le ministre de l'Intérieur a tenu les chrétiens comme responsables », indique le professeur Tanka Subedi qui poursuit : « il a fait des déclarations publiques contre les chrétiens et a affirmé : « Je serai inflexible avec eux sur la question des conversions ».» 

Dans ce pays dit laïc et depuis la promulgation de la nouvelle constitution en septembre 2015, la conversion à une autre religion que l'hindouisme est punissable; le prosélytisme y est interdit. 

Après que la loi ait été votée, un député népalais, Lokmani Dhakal, a demandé le retrait des sections criminalisant les conversions, attestant « qu'en préparant le code civil, ce pays a oublié qu'il était signataire de traités internationaux protégeant la liberté de religion et les Droits de l'Homme ». 

Le Népal se situe à la 25ème place de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2018. Les hindous y représentent environ 80% des 26 millions d'habitants. Il est en revanche difficile d'évaluer avec certitude le nombre de chrétiens car les nouveaux convertis craignent d’afficher leur appartenance chrétienne et continuent de se faire recenser en tant qu’hindous. Cependant même les statistiques du gouvernement relèvent une croissance de la population chrétienne.