30.08.2018 /
Myanmar
/ news

Myanmar: deux missionnaires agressées et battues

Le mois dernier, deux missionnaires chrétiennes ont été passées à tabac par un groupe de villageois au Myanmar. Les deux femmes y enseignaient l’Évangile.

Plusieurs semaines après leur agression au Myanmar, deux missionnaires sont toujours traumatisées. 

Mai Yi* et Chew*, deux femmes missionnaires chrétiennes ont été agressées alors qu’elles se trouvaient dans un village à l'Ouest du Myanmar, le 9 juillet dernier. Les deux femmes étaient sur place pour assister cinq familles chrétiennes qui vivent dans ce village à prédominance bouddhiste.

Tabassées par les villageois

Ce jour-là, alors qu’elles sont chez elles, des villageois arrivent et demandent à Mai Yi et Chew de sortir et de quitter leur village. En colère, ils élèvent la voix et insistent. Lorsque les deux femmes sortent, elles sont victimes de passages à tabac. Leurs téléphones sont confisqués, les empêchant d’appeler à l’aide.

Elles sont giflées, tabassées et assaillies pour le simple fait d’avoir annoncé l’Évangile dans leur village.

Emmenées au poste de police avec le pasteur et son épouse

Une fois les villageois partis, la police arrive. Les missionnaires sont emmenées au poste de police. Le Pasteur U Min* et sa femme, principaux contacts de Mai Yi et Chew, sont convoqués.

La police tente de forcer le pasteur U Min et son épouse à signer un document qui leur interdit de recevoir des missionnaires dans le village. Le couple refuse et rentre chez lui avec les deux femmes. 

Le lendemain, des villageois reviennent attaquer la maison du pasteur à coups de jets de pierres.

Pression de l'entourage bouddhiste

Au Myanmar (Birmanie), 24ème pays dans l'Index Mondial de Persécution, 4,3 millions de personnes se déclarent de confession chrétienne. Beaucoup font partie des ethnies Chin et Kachin et subissent des discriminations. Ils doivent composer non seulement avec la pression de leur entourage bouddhiste, mais aussi avec l’abandon manifeste des autorités.

*Pseudonymes pour des raisons de sécurité