28.01.2022 /
Mozambique
/ news

Mozambique: montée de la violence

Au Mozambique, dans la province de Cabo Delgado, la violence islamiste a encore frappé. Un pasteur qui travaillait aux champs a été décapité, alors que les enlèvements de jeunes chrétiennes se poursuivent. 

Les djihadistes sèment la terreur au Nord du Mozambique, tuant des pasteurs et enlevant des jeunes filles. Le 15 décembre 2021, une habitante du village de Nova Zambezia s'est présentée au commissariat du district de Macomia pour annoncer l'assassinat de son mari, pasteur dans la province de Cabo Delgado au Nord-Est du pays.

Décapité par les djihadistes 

Alors qu'il travaillait aux champs, le pasteur a été attaqué par des djihadistes. Ceux-ci l'ont décapité et ont ordonné à sa femme d'aller remettre sa tête à la police.

Il s'agit de la dernière attaque en date dans une province qui est la cible des djihadistes depuis octobre 2017.

Ces terroristes se revendiquent du groupe État Islamique. 

Plus de 600 filles enlevées

Les dégâts causés par les groupes armés islamistes sont terribles dans cette région du Mozambique. D'après l'ONG Human Rights Watch, depuis 2018, plus de 600 femmes et filles ont été enlevées et réduites en esclavage dans la seule province du Cabo Delgado. Certaines ont été libérées au cours des opérations militaires des armées mozambicaines et étrangères. Mais beaucoup manquent encore à l'appel.

Dans un village, des islamistes armés ont forcé une femme à désigner toutes les maisons où vivaient les filles de 12 à 17 ans. Pour les enlever ensuite. Lors de ces raids, les mères supplient les terroristes de les emmener à la place de leurs filles. Les captives servent ensuite d'esclaves sexuelles pour les combattants islamistes.