01.10.2018 / news

L'Union Européenne appelée à défendre la liberté de religion

 

«Placer les peuples du monde avant nos intérêts financiers et politiques», c'est la demande de plusieurs membres du Parlement européen qui appellent l'Europe à mieux défendre la liberté de religion. 

L’Union Européenne doit «placer les peuples du monde avant nos intérêts financiers et politiques». C'est la recommandation donnée à l'Union Européenne par l'Intergroupe du Parlement Européen en charge de la Liberté de Religion ou de Conviction (FoRB) et la Tolérance Religieuse. Ce groupe composé d'eurodéputés a présenté il y a quelques semaines son rapport annuel sur la liberté de religion ou de conviction.

Le document se penche sur les cas de 34 pays, parmi lesquels 19 imposent d'importantes restrictions à leurs citoyens qui veulent vivre en accord avec leur foi. Plusieurs requêtes y sont adressées à l’Union Européenne.

«L'Union Européenne devrait condamner les lois anti-conversions en Inde»

L'Union Européenne est appelée à «condamner ouvertement» les lois anti-conversion (en réalité souvent utilisées pour restreindre la liberté de changer de croyance et protéger une religion au détriment des autres) dans sept États de l'Inde et à «encourager le gouvernement à faire pression pour leur abrogation».

Dans la plupart des pays où ces lois sont appliquées, comme au Pakistan, les accusations de conversions forcées conduisent régulièrement à des attaques.

«L'Union Européenne devrait lutter contre les lois anti-blasphème au Pakistan»

La situation des minorités pakistanaises a aussi été présentée devant l’Union Européenne. Le rapport relate que «71 personnes auraient été tuées par des foules à cause d'accusations de blasphème depuis 1990».

Toujours selon le rapport, l’Union Européenne devrait «veiller à ce que la protection des droits des citoyens pakistanais, en particulier des minorités, soit une priorité», et collaborer avec le Pakistan pour abroger ses lois anti-blasphème.

Malgré le sombre tableau dressé concernant la liberté religieuse dans le rapport, le groupe d'eurodéputés a tenu à souligner que «la liberté de religion ou de conviction est un enjeu de mieux en mieux compris dans le monde entier.»