01.12.2021 /
Iran
/ news

L'ONU souligne la répression des minorités religieuses par l'Iran

Un projet de résolution a été récemment adopté par l'ONU sur le non-respect des Droits de l'Homme, dont la liberté religieuse, par l'Iran. 

Le 17 novembre 2021, l'Assemblée Générale de l'ONU a adopté un projet de résolution sur la situation des Droits de l'Homme en Iran. Ce projet, présenté par le Canada, était soutenu pas 47 autres pays, dont la France et la Belgique. Après un débat où les accusations ont fusé entre les pays en faveur et ceux opposés au projet, celui-ci a finalement été adopté: 79 voix pour, 30 voix contre et 71 abstentions. 

Répression des minorités religieuses

Lors de la session, le Royaume-Uni, l'Australie, Israël, le Japon et les États-Unis ont pris la parole. Ces derniers ont spécifiquement abordé la question de la répression contre les minorités religieuses, dont les chrétiens. Ils ont rappelé que ces groupes étaient sévèrement maltraités à cause de leurs croyances et qu'ils enduraient de dures peines de prison. Ils ont appelé l'Iran à respecter les droits de tous, dont ceux des minorités religieuses et des athées. Le département d'État américain a d'ailleurs de nouveau désigné l'Iran comme un «pays particulièrement préoccupant»: il a «commis ou toléré des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion.»

Un message aux victimes 

Au cours de la semaine qui a précédé le débat, une trentaine d'organisations de défense des Droits de l'Homme ont rédigé un courrier. Elles l'ont co-signé et envoyé à toutes les missions permanentes auprès des Nations Unies à New-York. Ce courrier avait pour but de sensibiliser l'ONU au fait qu'il s'agissait «d'une belle opportunité pour l'Assemblée Générale d'adresser un message d'abord aux victimes, aux personnes dont les droits humains sont constamment violés mais aussi à ceux qui, en Iran, défendent les Droits de l'Homme de leurs concitoyens. C'est l'occasion de leur montrer que la communauté internationale est à leur côtés dans leur combat pour la vérité, la justice, l'obtention de réparation des préjudices ainsi que de garanties que cela ne se reproduira pas.»

Source : Article 18