24.02.2022 /
Egypte
/ news

L'Égypte indépendante depuis 100 ans

Le 28 février prochain, l'Égypte fêtera le centenaire de son indépendance. Dans ce pays majoritairement musulman, la liberté n'a pas encore atteint la minorité chrétienne. Les chrétiens continuent de vivre comme des citoyens de seconde zone au pays du Nil.

Romanel s/Lausanne, le 24 février 2022 – Le christianisme et l'Égypte sont intrinsèquement liés depuis la naissance de Jésus-Christ. L'Église copte orthodoxe s'est développée jusqu'à l'avènement de l'islam en Égypte au 7e siècle. Au cours des siècles suivants, les chrétiens ont été de plus en plus marginalisés. Aujourd'hui, ils ne peuvent pratiquement plus accéder à des postes importants dans la politique, l'économie, les autorités, la police ou dans le sport.
 
Un premier pas important qui suscite de l'espoir a cependant été franchi ce mois-ci: Le 9 février, le chrétien Boulos Fahmy Eskandar a prêté serment en tant que juge suprême du pays et préside désormais la Haute Cour constitutionnelle égyptienne.

 
Mesures de protection devant les églises
 

Il existe de grandes différences entre la ville et la campagne, explique Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse, qui a rencontré des responsables chrétiens en Égypte à plusieurs reprises. «Au Caire, les autorités ont mis en place des mesures de protection devant de nombreuses églises. Cela montre qu'il y a des risques pour les chrétiens et que le gouvernement protège les églises contre les attaques.»
 
Dans d'autres régions d'Égypte, les chrétiens sont presque systématiquement restreints. «Les chrétiens sont discriminés dans plusieurs aspects de la vie sociale. Cela va de la discrimination sur le lieu de travail aux pressions quotidiennes que certains subissent en raison de leur foi, en passant par les enfants qui sont systématiquement dévalorisés à l'école. Le risque est particulièrement grand pour les femmes chrétiennes.  Elles sont régulièrement victimes d'enlèvements et de mariages forcés avec des musulmans.»
 

Les mesures de protection comme feuille de vigne

 

Dans les régions rurales, ce sont souvent les autorités locales qui imposent des restrictions aux chrétiens. Par exemple lorsqu'il s'agit de construire une nouvelle église. «Le gouvernement central n'a pas beaucoup d'influence sur les zones locales et rurales», résume Philippe Fonjallaz. «Au Caire, les chrétiens disent qu'ils sont protégés. Des mesures de sécurités ont par exemple été appliquées dans les quartiers chrétiens. Il y a des risques et il y a une protection, mais cette dernière est ressentie comme une politique de feuille de vigne hypocrite. Car la liberté de religion n'est pas garantie.»
 
Au quotidien, une pression latente pèse sur une grande partie des chrétiens, comme l'illustre aussi le sport professionnel: les managers musulmans excluent les chrétiens des clubs de haut niveau, raison pour laquelle ils ne peuvent pas évoluer et sont ainsi complètement absents de l'équipe nationale depuis des années.
 

Impunité fréquente en cas d'agression
 

Cette discrimination a conduit de nombreux chrétiens à lancer leurs propres activités, car ils ne peuvent pas compter sur l'État ou les employeurs privés pour trouver des emplois. La discrimination s’accentue surtout dans les régions rurales pauvres, notamment en Haute-Égypte. Les groupes islamistes locaux savent où vivent les chrétiens.
 
Ces dernières années, plusieurs chrétiens ont été attaqués sous le prétexte d’avoir insulté l'islam ou d’avoir eu une relation avec une femme musulmane. La présence policière et le contrôle du gouvernement sont moins stricts dans les zones rurales, et les attaques de foule restent souvent impunies. Au niveau de l'État, les services de sécurité et de renseignement espionnent les convertis et tentent de les contraindre à fournir des informations sur les activités des groupes de chrétiens d’origine musulmane.
 
L'Égypte est classée 20e sur la liste des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés.