15.10.2021 /
Laos
/ news

Laos: Libérée de prison, Soy doit fuir son village!

Soy*, originaire du sud du Laos, a été emprisonnée lorsqu’elle avait à peine 14 ans, ce qui est illégal dans son pays. Cette jeune croyante a continué de suivre Jésus, malgré le rejet et le harcèlement qu’elle a subis de la part des membres du village reculé auquel elle appartient. 

Aujourd’hui, Soy est une étudiante de 16 ans. Elle est la deuxième fille d'une famille de trois enfants, et la deuxième à avoir accepté Jésus dans sa famille, après sa sœur aînée. 

Lorsqu'elle évoque ce qui est arrivé le 29 décembre 2019, le jour où elle a été emprisonnée pour sa foi avec 14 autres croyants, sa voix se fend et les larmes commencent à couler. 

«Au moment où ils nous ont mis dans le fourgon, j'ai eu tellement peur. Je ne voulais pas aller en prison. J'avais peur qu'ils ne me libèrent plus jamais.» Soy n'avait alors que 14 ans et sa foi était toute récente. Elle était la plus jeune de toutes les prisonnières de l'établissement.

À leur arrivée, les policiers lui ont intimé l’ordre d'arrêter de pratiquer cette religion. Ils lui ont dit à elle et aux autres croyants: «Si vous reniez votre foi, nous vous laisserons rentrer chez vous.» Mais personne n’a signé le papier qu’ils leur ont tendu. Alors, ils les ont enfermés.

Libérée d’un mauvais esprit

Soy est devenue chrétienne après avoir été délivrée de l’emprise d'un mauvais esprit. Elle explique que les gens de son village adorent un mauvais esprit, qu’ils appellent Pii Katai.

De génération en génération, chaque famille lui dédie un enfant, généralement une fille. Dans la famille de Soy, sa sœur aînée a été la première «offrande». Mais lorsque celle-ci est devenue chrétienne, l'esprit est parti. Soy, l'enfant suivant, a alors été sous son emprise. «Je ne voulais plus être sous l'influence de Pii Katai. Quand je rentrais de l’école, je passais mon temps à pleurer, tellement je me sentais mal», se souvient Soy. «Un jour, mon cousin est venu me rendre visite et m'a parlé de Jésus. ‹Si tu crois en Lui, tous tes péchés seront pardonnés. Tu seras libérée du pouvoir du mauvais esprit, comme l'a été ta sœur.» C’est ce qu’elle a fait, et elle a été libérée instantanément. 

Pas de place au village pour des chrétiens

Mais en tournant le dos aux pratiques religieuses du village, Soy a rencontré une forte opposition, surtout lorsque ses parents et ses autres frères et sœurs sont devenus chrétiens à leur tour. Presque tous ceux que Soy aimait ont commencé à la rejeter et à se moquer d'elle.  «Je ne sais pas pourquoi ils détestent autant les chrétiens, dit-elle.» Pour preuve, son arrestation a eu lieu alors que les chrétiens de son village célébraient le culte. 

Emprisonnée durant six jours, puis finalement libérée bien qu’elle n’ait jamais signé de papier signifiant qu’elle reniait sa foi, Soy est rentrée chez elle. «Pendant des jours, personne n'a voulu me parler. Lorsque je suis allée à l'école, les enseignants m'ont ignorée et ne m'ont pas donné de devoirs. Ils faisaient comme si je n'existais pas. Mes amis se sont mis à me maltraiter. J'avais peur, j'étais désespérée et je me sentais seule.»

Face aux discriminations répétées, Soy a fini par déménager en ville pour poursuivre ses études, loin de chez elle et de sa famille. Mais elle y a trouvé une nouvelle communauté qui la soutient et l'aime. 

* Nom d'emprunt