28.10.2022 /
Iran
/ news

Iran: Deux prisonniers chrétiens libérés à la surprise générale

Enfin libres! Le chrétien Naser Navard Gol-Tapeh a été gracié après avoir passé près de cinq ans dans la prison d'Evin, à Téhéran, où il était détenu pour sa foi. Le lendemain de sa libération, Fariba Dalir, une autre chrétienne d’arrière-plan musulman, a été libérée également.

En Iran, les chrétiens Nasser Navard Gol-Tapeh (61 ans) et Fariba Dalir (51 ans) ont été libérés à la surprise générale. Tous deux sont d'anciens musulmans et avaient été condamnés à des peines de prison de plusieurs années qu'ils purgeaient à la prison d'Evin à Téhéran. On ne sait pas si leur libération anticipée est liée au récent incendie de la prison ou aux protestations actuelles contre le régime.

De nombreuses lettres ouvertes de la prison 

Nasser Navard Gol-Tapeh avait été condamné en 2017 à dix ans de prison, pour «atteinte à la sécurité nationale», «activités missionnaires» et «christianisme sioniste». Il a ainsi pasé cinq ans en prison, jusqu'à ce qu'on lui annonce, le matin du 17 octobre, qu'il avait été gracié. Peu après, il a appelé sa famille pour leur annoncer la nouvelle inattendue et leur demander de venir le chercher en prison. Entre-temps, il est retourné chez lui. 

Au cours de ses presque 2000 jours de prison, Nasser a déposé plusieurs demandes de révision de son procès ou de libération conditionnelle et a écrit de nombreuses lettres ouvertes dans lesquelles il demandait notamment dans quelle mesure l'appartenance à une église de maison mettait en danger la sécurité nationale. Mais toutes ses requêtes et même un plaidoyer de sa mère âgée pour la libération de son fils l'année dernière sont restés sans effet dans un premier temps. 

Le 18 octobre, Fariba Dalir a elle aussi reçu la bonne nouvelle de sa libération anticipée.

Fariba Dalir est également libérée

Elle avait été arrêtée pour la première fois en juillet de l'année dernière et se trouvait à la prison d'Evin depuis le samedi de Pâques 2022. Un tribunal l'avait condamnée à deux ans de prison pour avoir «agi contre la sécurité nationale en fondant et en dirigeant une église chrétienne évangélique». Après 200 jours de détention, dont plus d'un mois en isolement, Fariba a retrouvé son mari Soroush et leur fille Arezoo, âgée d'une vingtaine d'années.

Une «nuit d'enfer» pendant l'incendie de la prison  

Au moins dix chrétiens sont toujurs détenus à la prison d'Evin. Samedi 15 octobre, un incendie dévastateur s'y est déclaré, faisant au moins quatre morts selon des sources officielles. D'après Article 18, la télévision publique avait même fait état de 40 victimes dans un premier temps, avant de revenir rapidement sur ses déclarations.

Un membre de la famille d'un chrétien détenu a déclaré à Article 18: «C'était une nuit d'enfer pour nous. Nous n'étions pas du tout au courant de ce qui se passait. Lorsque nous avons enfin pu nous parler, nous avons entendu des coups de feu, puis le téléphone a été coupé. Nous avons pleuré jusqu'au matin.» Pendant ce temps, des scènes de chaos se déroulaient autour de la prison, car de nombreuses personnes manifestaient dans les rues suite à la mort de la jeune Kurde Mahsa Amini. 

Selon l'Index mondial de persécution 2022, l'Iran occupe la 9e place parmi les pays où les chrétiens sont le plus persécutés en raison de leur foi. 

Source: Article 18, Portes Ouvertes