01.12.2017 /
Irak
/ news

Irak: Retour à l’école

En août, la famille de Noeh est retournée chez elle à Karamles, dans la plaine de Ninive. Les enfants des familles revenues ont pu reprendre l’école dans leur ville natale.

Pendant trois ans, Noeh et sa famille ont vécu en tant que réfugiés dans la ville kurde d’Erbil après avoir dû fuir de chez eux devant l’avancée de l’Etat Islamique. Ils sont une des premières familles à être revenues à Karamles et à participer avec l’église locale à la reconstruction de cette ville à majorité chrétienne.

A son retour, la famille a retrouvé sa maison incendiée et complètement détruite. C’est pourquoi Noeh vit chez sa tante avec ses parents et ses trois frères et sœurs. En octobre, les écoles de la région ont également rouvert leurs portes, mais il y a une grave pénurie d’enseignants. Certains ont quitté le pays pendant la guerre, d’autres ont pris leur retraite. C’est pourquoi certaines matières sont enseignées par des professeurs dont ce n’est pas la spécialité.

Pour la même raison, il n’y a pas encore d’horaire des leçons fixe. «Certains jours, Noeh rentre déjà à la maison à 11 heures», dit sa mère Almas, «d’autres jours à midi et demi.» Mais la reprise de l’école est déjà un pas vers la normalité, non seulement pour notre famille, mais pour toute la société de la région. L’école de Karamles a déjà bien meilleure allure que lorsque nos partenaires locaux l’ont visitée une première fois en août dernier. Le bâtiment a depuis lors été repeint et les fenêtres cassées, remplacées.

Noeh s’en sort bien à l’école malgré une situation encore difficile: «C’est un élève intelligent. Il a de très bonnes notes aux interrogations. J’en suis très heureuse et je rends grâces à Dieu», dit Almas.