16.03.2018 /
Irak
/ news

Irak: Comme des agneaux au milieu des loups

L’Irak est libéré de l’organisation Etat Islamique, mais pas de la haine envers les chrétiens. Pourtant, ils espèrent participer à l’avenir de leur pays.

«Il n’y a pas de place pour nous ici. Nous sommes comme des agneaux pouvant être tués à tout moment», dit un représentant des chrétiens assyriens après le drame qui a frappé une famille chrétienne de Bagdad le 8 mars. Ce sont les voisins qui ont donné l’alerte après avoir remarqué à travers la porte restée entrouverte le corps ensanglanté du docteur Hisham Shafiq al-Maskuni, 61 ans. A leur arrivée, les policiers ont aussi découvert le corps poignardé de sa femme dans la cuisine et celui de sa belle-mère à l’étage. L’argent de la famille et des objets de valeur avaient disparu. Hisham et son épouse Shaza étaient médecins et travaillaient dans le même hôpital à Bagdad. Le couple chrétien et la maman âgée vivaient dans un quartier chiite de la capitale.

Crime crapuleux ou assassinat délibéré de chrétiens, ce drame intervient quelques semaines après que Samer Salah Addin, un jeune chrétien lui aussi, a été abattu devant sa maison à Bagdad. «Ces actes font partie d’un plan pour forcer les chrétiens à quitter le pays. Dans ce contexte d’oppression et de discrimination, la communauté chrétienne est particulièrement marquée par ces drames», ajoute un chrétien qui veut rester anonyme.

Un autre responsable d’église se veut rassurant: «Restons optimistes! Dieu a utilisé la pression de l’EI sur nous pour attirer de nouvelles personnes. L’église locale se renforce et finalement nous assistons à l’émergence d’une nouvelle communauté.»

Dans la plaine de Ninive aussi, la persécution a ouvert une voie et a relancé la foi des chrétiens qui, malgré les dangers, ont choisi de se réinstaller «pour que l’église locale soit les mains et les pieds de Jésus». Tout en se préparant à célébrer Pâques pour la seconde fois depuis le départ de l’EI, ils sont désireux de rester pour voir le renouveau spirituel qu’ils attendent dans leur pays.

En collaboration avec des partenaires locaux, Portes Ouvertes s’engage  pour la reconstruction d’écoles, de maisons etd’églises. Dans les deux ans à venir, nous aimerions permettre à 2000 familles chrétiennes de retourner dans leurs villages dans la plaine de Ninive.