19.01.2022 / news

Index mondial de persécution 2022: l'Afghanistan est l'endroit le plus dangereux pour être chrétien!

Nouvel Index mondial de persécution – Les 50 pays dans lesquels les chrétiens sont le plus durement persécutés 

Alors que la prise de pouvoir par les talibans renforce les extrémistes islamistes à l'échelle du globe, l'Afghanistan remplace la Corée du Nord en tête de l’Index mondial de persécution.
L’Index mondial de persécution, qui liste les niveaux de persécution et de discrimination envers les chrétiens à travers le monde, dévoile que plus de 360 millions de chrétiens souffrent de persécution sévère en raison de leur foi, soit une augmentation de 20 millions par rapport à l'année dernière. Ce chiffre représente un chrétien sur sept dans le monde. L’année 2021 a enregistré les niveaux de persécution les plus élevés depuis la création de cet outil de mesure, il y a 29 ans, après une augmentation constante ces dernières années.

Afghanistan - la brutale réalité

Le rapport brosse un portrait choquant de la vie de la très petite minorité chrétienne afghane, relatant que:

  • Les hommes chrétiens risquent une mort presque certaine si leur foi est découverte.
  • Si les femmes et les filles peuvent échapper à la mort, elles risquent d’être mariées à de jeunes combattants talibans qui veulent un «butin de guerre». Fréquemment victimes de viol, elles font alors l’objet de trafics.
  • Les combattants talibans traquent activement les chrétiens, allant même jusqu'à faire du porte-à-porte pour les trouver.
  • Une grande partie de la population chrétienne a fui vers des régions rurales ou des camps de réfugiés des pays voisins, qui figurent tous dans l’Index parmi les pays hostiles aux chrétiens. 
Renforcement de la «talibanisation» de l'Afrique de l'Ouest et du globe

La chute de Kaboul a alimenté un sentiment nouveau d'invulnérabilité parmi les autres groupes djihadistes dans le monde. Ces groupes ont été confortés dans le fait qu'ils ne rencontreront pas d'opposition sérieuse de la part de l'Occident pour leurs programmes expansionnistes et exploitant les pays dont les gouvernements sont faibles ou corrompus.
 
Ses effets ne se sont pas encore fait pleinement sentir au cours de la période couverte par l'Index 2022 (du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021), mais tout porte à croire que ces groupes vont encore accroître leurs faits de violence dans des pays comme le Nigeria (n° 7), le Mali (n° 24), la République centrafricaine (RCA) (n° 31), le Burkina Faso (n° 32), le Niger (n° 33) et la RDC (n° 40) - des pays où les niveaux de violence sont déjà élevés.
 
Au Nigeria, notamment, 4’650 chrétiens ont été tués en l’espace d’un an, soit 79% du total mondial.

Une stratégie similaire de la part des groupes djihadistes et de leurs partisans est observée ailleurs également:

  • L'Afrique subsaharienne, où la violence à l'encontre des chrétiens est déjà la plus élevée, a été confrontée à une nouvelle augmentation brutale de la violence djihadiste, ce qui fait craindre une déstabilisation plus globale.
  • L'ordre social au Mali (n°27) se détériore rapidement, ce qui fait craindre que le pays ne devienne le «prochain Afghanistan», l'insurrection se propageant dans les pays voisins, le Niger et le Burkina Faso.
  • La République démocratique du Congo (RDC), en proie à l'Alliance des forces démocratiques (AFD), et la République centrafricaine (RCA) ont rejoint le Nigeria dans la liste des dix pays les plus violents à l’encontre les chrétiens.

La poursuite de la violence et de la déstabilisation dans ces régions risque d'avoir de graves conséquences alors que des centaines de milliers d'autres personnes dans le monde fuient leur foyer pour se mettre à l'abri. «L'ascension de l'Afghanistan au sommet de l’Index est profondément troublante», relève Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse. «Outre les souffrances incalculables, cela envoie un message pernicieux aux extrémistes islamiques du monde entier, les incitant à poursuivre leur lutte brutale pour prendre le contrôle de la région. Des factions comme l'État islamique et l'AFD considèrent désormais que leur objectif d'un califat islamique - autrefois contrarié en Irak et en Syrie - est, une fois de plus, réalisable. Le coût en vies humaines et en misère que ce nouveau sentiment d'invincibilité provoque, et continuera de provoquer, est difficile à estimer.» 

Les 10 pays en tête de l’Index 2022 (classement 2021 entre parenthèses)

1.     Afghanistan (2)
2.    Corée du Nord (1)
3.    Somalie (3)
4.    Libye (4)
5.    Yémen (7)
6.    Erythrée (6)
7.    Nigéria (9)
8.    Pakistan (5)
9.    Iran (8)
10.    Inde (10)

L'église des «réfugiés»

On estime que 84 millions de personnes ont été forcées de quitter leur foyer, soit en tant que personnes déplacées à l'intérieur de leur pays, soit, pour environ 26,6 millions, en tant que réfugiés dans d'autres pays [1]. Un nombre non négligeable d'entre elles sont des chrétiens, fuyant la persécution religieuse:

  • Dans certaines régions d'Afrique subsaharienne, la population chrétienne a tout simplement été effacée et est partie. Au cours des dernières années, des centaines d'églises ont été fermées au Burkina Faso, au Mali, au Niger (de n° 54 à n° 33) et 470 au Nigeria pour la seule période considérée. 
  • Des centaines de milliers de personnes ont fui la violence islamiste (par exemple, dans la région du Sahel) ou fuient la conscription forcée (Érythrée n° 6), le conflit civil (Soudan n° 13), la répression étatique (Iran n° 9), et/ou l'oppression familiale en raison de leur foi.
  • Les personnes déplacées et les réfugiés chrétiens continuent de vivre en Irak (n° 14), en Syrie (n°15), au Liban et en Jordanie (n°39), entre autres. Dans certains pays, en tant que chrétiens, ils peuvent se voir refuser l'aide humanitaire et toute autre forme d’assistance pratique par les autorités.
  • Au Myanmar (n°12), au moins 200’000 chrétiens ont été déplacés à l'intérieur du pays et 20’000 ont fui le pays car les régions chrétiennes ont été prises pour cible dans le conflit en cours. 

 
Souvent, lorsque les gens ont fui leur foyer, ils sont encore plus vulnérables. Les femmes chrétiennes qui fuient et cherchent à se mettre à l'abri déclarent que les agressions sexuelles sont la principale source de persécution. De nombreux rapports font état de femmes et d'enfants victimes de viols ou d'esclavage sexuel, tant dans les camps que pendant leur voyage en quête de sécurité. La pauvreté et l'insécurité aggravent leur vulnérabilité, certains se livrant à la prostitution pour survivre. 
Alors que le djihadisme s'étend, il est à prévoir que cet exode chrétien se multiplie encore.

Une nation, un peuple, une croyance – la diversité étouffée en Chine

Alors que l'influence économique de la Chine (n° 17) s'étend à travers le monde, il en va de même pour l'imposition d’une norme sociale autoritaire. Celle-ci s'étend à presque tous les domaines de la vie: discours, croyances et comportements. Les «déviants» sont arrêtés, -plus de 1’000 chrétiens sont actuellement en prison, souvent des pasteurs-. L'accès à la Bible et aux applications bibliques est largement bloqué. Les activités de l'Église sont étroitement surveillées, y compris les réunions en ligne, si tant est qu'elles soient possibles. Et cet autoritarisme alimenté par la technologie se répand rapidement bien au-delà de la Chine. Le Vietnam (n° 19) et Cuba (n° 37) ont adopté le modèle chinois.
 
Le récent rapport de Portes Ouvertes sur l'Inde (n°10) décrit une nation qui s'enfonce dans l'idéologie nationaliste «Hindutva», où être Indien signifie être Hindou. Une vague de violence contre les chrétiens et autres minorités religieuses a été négligée, voire encouragée, par les dirigeants politiques du pays et s'est accompagnée d'une montée de la désinformation et de la propagande dans les médias sociaux et grand public. 
 
Un modèle similaire de “loyauté” et d'homogénéisation est observé dans des nations aussi diverses que le Myanmar (n° 12), la Malaisie (n° 50), le Sri Lanka (n° 52) et les États d'Asie centrale. Tous ces pays sont confrontés à des restrictions accrues pour ceux qui s'écartent du credo «une nation, un peuple, une croyance».

Les plus fortes aggravations

Outre l'Afghanistan, plusieurs pays ont enregistré une forte hausse du niveau de persécution. Il s'agit du Qatar (18, précédent classement 29), qui accueillera cette année la Coupe du monde de football et où les personnes d’arrière-plan musulman qui se convertissent au christianisme sont particulièrement exposées à des violences physiques, psychologiques et -pour les femmes- sexuelles, de l'Indonésie (28/47), où les chrétiens ont été victimes de deux attaques dans le Sulawesi central, ainsi que d'un attentat à la bombe contre la cathédrale de Makassar et du Myanmar (12/18), où l'armée a attaqué des églises et des villages chrétiens, avec comme incidence l’exil de 200’000 personnes. 

La violence augmente

Le nombre de meurtres de chrétiens pour leur foi est passé de 4’761 cas enregistrés (Index 2021) à 5’898 (Index 2022). L'Afrique subsaharienne, et plus particulièrement le Nigeria, concentre la majeure partie de ces crimes.
Le nombre total d'églises attaquées est passé de 4’488 cas enregistrés (Index 2021) à 5’110 (Index 2022) et les détentions et arrestations ont augmenté de 44 % en un an, pour atteindre 6’175, dont 1’315 en Inde.

 
Le rapport complet, l'analyse des tendances internationales, la méthodologie utilisée, et des témoignages de chrétiens persécutés sont à votre disposition sur notre partage kDrive.
 
 
[1] https://www.unhcr.org/refugee-statistics