09.07.2021 /
Inde
/ news

Inde: Vinita se fait agresser par des extrémistes hindous

«La Bible dit: ‹Quand vous me suivrez, les gens vous persécuteront», dit Vinita*, une chrétienne d'origine hindoue. Sa vie montre que c'est vrai. Depuis qu'ils ont décidé de suivre Jésus, elle et sa famille sont confrontés à la discrimination, aux menaces et aux attaques violentes des extrémistes hindous de leur communauté.

Vinita a une vingtaine d'années. Elle tient une boutique à son domicile, tandis que son mari travaille dans une usine. Ils ont une petite fille. Elle s’est convertie par l'intermédiaire d’une collègue d’un précédant emploi. «Au début, je ne croyais pas, mais chaque jour, à l'heure du déjeuner, elle partageait l'Évangile». La découverte de la foi en Jésus a fait une grande différence dans sa vie. Au début, son mari était hésitant. Elle a donc prié pour lui, et ses prières ont été exaucées. «Il a aussi accepté le Christ et s'est fait baptiser, ainsi que ma sœur, Isha*.»

Vinita a voulu partager la paix qu'elle avait trouvée en Christ avec davantage de personnes, mais cela n'a pas plu à tout le monde. On lui a répondu: «Tu adores un Dieu étranger à la place de nos divinités.» Les villageois ont alors semé le désordre devant sa porte en y jetant des ordures. «Ils nous cherchaient querelle et voulaient créer un fossé entre nous, mais je n'ai jamais abandonné ma mission, qui consiste à partager la Parole de Dieu.»

Armés de bâtons

Mais un jour, les attaques contre Vinita et sa famille sont devenues plus extrêmes. «Ma sœur rentrait du travail quand mes voisins ont commencé à se battre avec elle. Elle a essayé de s'échapper, puis je suis allée la secourir et ils m'ont frappée aussi».

Non seulement ses voisins les ont attaquées physiquement, mais ils sont allés au poste de police et ont accusé les deux sœurs de les avoir agressés. «Lorsque nous y sommes allées à notre tour, la police ne nous a pas aidées parce que les agresseurs les avaient déjà soudoyés avec de l'argent.» Secouées par cette attaque et s'inquiétant du faux dossier qui avait été déposé contre elles, elles ont appelé leur pasteur, qui est venu avec sa fille et sa femme, Preetha*, pour prier avec elles. Mais lorsque les extrémistes hindous ont appris qu'un pasteur s’était rendu chez Vinita, ils ont décidé de venir finir ce qu'ils avaient commencé. «Huit ou neuf hommes du quartier ont fait irruption dans la maison. Ils étaient armés de bâtons. Pendant près d’une demi-heure, ils nous ont frappés et ont cassé des objets. Ils couraient après moi et me battaient. Pendant qu'ils me frappaient, je tenais ma fille de 6 mois dans mes bras. Ils l'ont attrapée et l'ont jetée par terre.»

Vinita a eu la vie sauve en se précipitant dans la maison de ses voisins. Ses agresseurs criaient: «Faites-la sortir!» Mais Dieu l'a protégée et a épargné sa vie. «Sans Dieu, nous serions morts.»

Privés de soins

Tout le monde a survécu à cette attaque brutale. Le plus étonnant est peut-être que la petite fille de Vinita s'en est sortie avec seulement quelques égratignures aux jambes. C'est la femme du pasteur, Preetha, qui était dans l'état le plus critique. Lorsque l'un des hommes a voulu la frapper avec une tige métallique, elle a levé la main pour se protéger la tête. Elle a perdu connaissance, et sa main a été presque coupée en deux. «Lorsque nous avons été admis à l'hôpital, nous n'avons pas pu être soignés, car les agresseurs faisaient pression sur le personnel.»

Vinita se met à prier: «Père, montre ta puissance et guéris-nous.» 

Votre soutien est un signe d’espoir 

Quelques minutes plus tard, des partenaires de Portes Ouvertes sont arrivés pour les aider. Ils les ont emmenés dans un autre hôpital, les ont fait soigner et ont payé les frais d'hospitalisation. «Ce sont vos prières et votre soutien qui ont rendu cela possible – et qui ont sauvé la vie de Preetha. Si ces chrétiens ne nous avaient pas aidés, la femme de mon pasteur serait morte.» 

Vos prières et votre soutien permettent aux partenaires locaux de Portes Ouvertes de continuer à soutenir Vinita après l'attaque contre sa famille. «Quand je suis rentrée chez moi, j'ai vu qu'ils avaient cassé tous les articles de ma boutique. Je me suis sentie découragée. Par la grâce de Dieu, les partenaires de Portes Ouvertes me les ont remplacés. Cela m'a donné l'espoir de pouvoir continuer à gagner ma vie.»