23.07.2021 /
Inde
/ news

Inde: «Sans votre aide, je serais morte»

«Que je meure ou que je vive, c'est pour le Seigneur», dit Preetha*, une chrétienne indienne. Elle ne le dit pas à la légère – sa décision de suivre Jésus a failli lui coûter la vie. Si elle a survécu à la persécution, c’est grâce au secours de Dieu et à votre soutien. Voici son histoire.

Lorsque Preetha se réveille à l'hôpital, la première chose qu'elle ressent, c’est la douleur – une douleur dans tout son corps, dans sa jambe, dans sa tête, dans sa main. Elle baisse les yeux sur sa main, qui ressemble à peine à une main. Elle voit des coupures profondes dans quatre de ses doigts et dans sa paume, il y a du sang partout.

Ses yeux se remplissent de larmes. «Que s'est-il passé?», se demande-t-elle en essayant de comprendre la situation. Lentement, tout lui revient en mémoire. Les hommes ivres. La barre de fer.

Son fils est assis avec elle – et il pleure aussi. «Je ne sais pas ce que nous allons faire», dit-il. «Les médecins disent qu'ils ne te soigneront pas parce que nous sommes chrétiens. Où pouvons-nous aller maintenant?» Des larmes coulent sur le visage de Preetha. «Je vais mourir», se dit-elle.

Des menaces qui se transforment en agression

Tout a commencé un peu plus tôt, ce jour-là, lorsqu’elle et son mari, le pasteur Navin*, se rendent chez une dame de leur église, Vinita*, pour prier avec elle. Ils prennent le thé lorsqu’un groupe d'hommes fait irruption dans la petite maison.

Tout se passe très vite. Le chef du groupe attrape Navin par la chemise. «Nous ne voulons pas de votre religion étrangère ici!»

Preetha voit avec horreur l'un d'entre eux empoigner la petite fille de Vinita* et la jeter sur le sol. Elle se précipite vers l’enfant, mais un des hommes l'attrape au bras. Il tient une tige métallique et la soulève au-dessus de sa tête. Preetha lève la main pour essayer d'arrêter le coup. Elle perd connaissance sous les coups de son agresseur.

À l'hôpital, Vinita vient s'asseoir à côté du lit de Preetha*. Son bébé est sur ses genoux – Dieu merci, la petite fille a survécu à cette épreuve sans aucune blessure grave. Vinita ne semble pas avoir été aussi chanceuse – il y a du sang sur sa tête et sur ses mains, mais elle n'est pas aussi gravement blessée que Preetha, qui est formelle: «Si les partenaires de Portes Ouvertes ne nous avaient pas aidés, en nous transférant tous rapidement dans un hôpital qui accepte de nous soigner, je serais morte.»

Malheureusement, l'attaque contre Preetha et sa famille n'est pas un incident isolé – rien que l’année dernière, des centaines de croyants en Inde ont été physiquement attaqués en raison de leur foi. 

Son histoire démontre également que la discrimination dont les chrétiens sont victimes dans ce pays peut s’avérer tout aussi mortelle que les agressions qu’ils subissent trop souvent. C’est un fait: les médecins et soignants d'un hôpital public indien auraient laisser mourir Preetha plutôt que de la soigner, simplement parce qu'elle est chrétienne. 

Vos prières et votre soutien permettent aux partenaires locaux de Portes Ouvertes d'apporter un soutien pratique et spirituel vital aux croyants persécutés comme Preetha, en les aidant à survivre, mais aussi en leur montrant qu'ils ne sont oubliés ni par leur famille chrétienne tout autour du monde, ni par Dieu.

Preetha conclut: «Je veux dire merci, non seulement à Dieu, mais aussi à son peuple qui nous a aidés. Ma gratitude est immense.»

* Prénoms fictifs