16.07.2021 /
Inde
/ news

Inde: «Dieu a été si bon durant cette période difficile!»

Depuis plus de dix ans, Rajesh* vient en aide aux chrétiens persécutés en Inde. La pandémie qui a durement frappé le pays a affecté de plein fouet ce partenaire de Portes Ouvertes. Son travail est plus important que jamais. 

«Nous n'avions pas la moindre idée que l'année se déroulerait ainsi», résume Rajesh, s'exprimant au nom de toute son équipe au moment de faire le bilan des mois écoulés. 

Lorsque la pandémie s’est installée en Inde, ce sont 1,3 milliards de personnes qui ont reçu l’ordre de rester chez elles! «Imaginez! Nous n'étions autorisés ni à nous déplacer dans la ville ni à déménager.» Après le choc et la confusion des premiers jours, une question ne quitte plus Rajesh: «Comment pourrons-nous atteindre les croyants persécutés?» Heureusement, il reste le téléphone et les appels vidéos!

«Ils ne savaient pas ce qu'ils allaient manger le lendemain»

Rajesh ne tarde pas à obtenir l'autorisation de voyager à nouveau. Il fait partie des partenaires locaux de Portes Ouvertes qui ont fourni une aide alimentaire vitale aux croyants pendant les périodes de confinement liéés au Covid-19. «Lorsque nous les avons atteints avec des colis alimentaires, beaucoup d'entre eux ont commencé à pleurer. Ils ont remercié Dieu en disant: ‹Vous avez été envoyés par le Seigneur vers nous, et cela renforce notre foi, car Il a répondu à nos prières.»

Lorsqu'on lui demande s'il a eu peur d'attraper le virus, Rajesh répond: «Oui, bien sûr!» Mais cette peur n'était visiblement pas suffisante pour l'empêcher de mener à bien sa mission.

«Nous avons pris toutes les mesures de sécurité et avons prié: ‹Seigneur, si nous sommes dans ta main, rien ne peut nous faire du mal.› Je suis vraiment encouragé par le fait qu'aucun d'entre ceux qui étaient directement impliqués dans la distribution des secours n'a contracté le virus. Même dans cette période difficile, Dieu a été si bon.»

Ciblage brutal

Au début, Rajesh et son équipe espéraient que le confinement contribuerait à diminuer les actes de persécution – après tout, personne ne pouvait sortir, et les Églises n'étaient pas autorisées à se réunir. «À notre grande surprise, la persécution a commencé à augmenter, notamment dans les zones isolées», relève Rajesh. «Même pendant la pandémie, alors que les gens étaient censés rester chez eux, les chrétiens ont été pris pour cible. Certains ont été sortis de chez eux de force et parfois battus brutalement.» Rajesh explique que la difficulté d’aller porter plainte et donc d’obtenir justice par rapport à ces violences a certainement encouragé les persécuteurs à multiplier leurs assauts. 

Espoirs et responsabilité

Lorsqu'on lui demande quels sont ses espoirs pour l'année à venir, Rajesh répond: «Je pense les mêmes que les vôtres – un monde sans Covid!» Mais il estime également que la fin de la pandémie entraînera un sentiment de responsabilité. «Si nous sommes libérés, nous devrons travailler davantage à faire connaître l’Évangile.»

Quoi qu'il arrive dans les mois à venir, il met sa confiance en Dieu. «Nous avons un Dieu qui est tout-puissant –et  au-dessus de toute pandémie. Dans toute cette incertitude, Dieu est une certitude.»

*Nom d’emprunt