17.12.2018 /
Inde
/ news

Inde: Des centaines de chrétiens disparus des listes électorales

 

Avant les grandes élections nationales de mai 2019, les derniers scrutins régionaux ont eu lieu dans trois Etats du Centre et du Nord de l’Inde. Dans l’un d’entre eux, le Madhya Pradesh, alors qu'ils se rendaient aux urnes, des centaines de chrétiens ont eu la surprise de voir que leur nom avait été effacés des listes électorales.

Romanel-s/Lsne, le 17 décembre 2018 - En Inde, plusieurs centaines de chrétiens ont été surpris lors du scrutin pour les élections législatives organisées le 28 novembre dernier dans l'État du Madhya Pradesh. Leur nom avait disparu des listes électorales.

Les électeurs chrétiens n'ont pas pu voter

Comme de nombreux autres électeurs, les chrétiens se sont rendus aux urnes pour s'acquitter de leur devoir électoral et choisir les 230 nouveaux membres de l'Assemblée de l'État (l'Inde est un pays fédéral comprenant 29 États et 7 territoires de l'Union). Comme leur nom ne figuraient pas sur les listes électorales, ils ont été privés de vote. 

Interrogé par l'agence AsiaNews, Leo Cornelio, évêque de Bhopal, a affirmé avoir attendu 45 minutes au bureau de vote et présenté sa carte électorale, comme il se doit. Pourtant, il n'a pas pu voter.

Les chrétiens, indignés, envisagent de demander l'ouverture d'une enquête officielle.

Les noms auraient été effacés délibérément

Le Madhya Pradesh, au centre de l’Inde, est gouverné depuis 2003 par le parti Bharatiya Janata (BJP). Les responsables de la communauté chrétienne s'accordent à dire que c’est le BJP, parti nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi, qui serait responsable de l'élimination des noms. Il aurait tenté d'empêcher la victoire du Parti du Congrès, son rival, pour lequel les chrétiens auraient une préférenceLéo Cornelio, l'évêque de Bhopal, la capitale de l’État de Madhya Pradesh a déclaré : «Ce n'est pas juste et ce n'est pas bon signe pour la démocratie. C'est un message fort pour la communauté chrétienne, à savoir qu'elle n'est même pas considérée.» 

Les prénoms chrétiens ciblés

Ce n’est pas la première fois que les chrétiens sont dépossédés de leurs droits civiques. Des faits similaires se sont déjà produits ailleurs en Inde, comme à Bangalore ou à Mangalore, dans le Sud de l'État du Karnataka.

Lors du scrutin du 28 novembre, dans l’Etat de Madhya Pradesh, les chrétiens aux prénoms hindous ont pu voter, mais ceux qui avaient des prénoms chrétiens avaient disparu des listes. 

 

Issue défavorable pour le BJP

Force est de constater que malgré ces irrégularités, le BJP vient de perdre sa majorité dans le Madhya Pradesh, mais aussi dans les États indiens du Chhattisgarh et du Rajasthan. Ces états s’étaient illustrés, dans un passé récent, par de nombreuses attaques contre les chrétiens. Dans le Chhattisgarh et le Madhya Pradesh, des lois dites d’ "anti-conversion" sont toujours en vigueur.

En 2019, des élections nationales auront lieu en Inde. L'issue de ces élections sera primordiale pour la liberté de religion dans le pays. Actuellement, l’Inde se situe au 11e rang de l’index de persécution de l’organisation Portes Ouvertes.