13.09.2019 /
Inde
/ news

Inde: «Depuis que j’ai pardonné, la paix remplit mon cœur»

Ils s’approchaient de la maison de Mohan*, agitant leurs bâtons de bambou et criant avec colère: «Tu n'honores pas le dieu de ce village!»

Mohan vivait avec sa mère et ses plus jeunes frère et sœur dans un village indien. Selon la tradition religieuse locale, ils adoraient les pierres. Un jour, Mohan et sa mère sont tombés gravement malades. Un chrétien a alors visité le village. Il leur a parlé de Jésus et les a invités à un culte. Le pasteur a prié avec les malades et Mohan a eu une rencontre avec Jésus. Il se souvient: «Je fermais mes yeux pendant la prière et j'ai vu une lumière venir vers moi. J'ai senti que quelqu'un m'ouvrait les yeux. Je pouvais alors distinguer le bien du mal, et j'ai accepté Jésus-Christ comme mon Dieu.»

Mohan et sa mère ont tous deux été guéris ce jour-là, mais tous n'étaient pas heureux de leur nouvelle foi. «Quand les gens m'ont vu aller à l'église, ils ont commencé à nous rendre la vie difficile», raconte le jeune homme.

Le jour de l'attaque, Mohan était impuissant devant les agresseurs. Ils ont arraché les tuiles du toit. Puis ils ont enfoncé la porte et pénétré brutalement à l’intérieur. «Ils ont détruit notre maison, uniquement parce que nous croyons en Jésus-Christ», dit Mohan. Plus tard, les chefs du village ont chassé la famille du village et averti la police. Plutôt que de les protéger et d'arrêter les coupables, les policiers ont interdit à Mohan et à sa mère de retourner dans leur village.

Mohan et les siens ont construit un abri de fortune près de leur église. Mais sans leurs champs, ils n'ont aucun moyen de gagner leur vie. Des partenaires locaux de Portes Ouvertes ont fourni à la famille quelques chèvres, des bâches, du riz et un peu d'argent.

De grands défis se dressent encore devant la famille de Mohan, mais la joie de sa nouvelle foi reste intacte. «J'ai pardonné à ceux qui sont contre moi. Depuis, la paix inonde mon cœur», raconte Mohan. Trois autres familles du village sont venues à Jésus grâce au témoignage de sa famille. Si c’était à refaire, le ferait-il? Mohan lève les yeux et répond sans hésiter: «Oui, cela vaut la peine de suivre Jésus!»

*Prénom d’emprunt