08.06.2020 /
Inde
/ news

Inde: Les chrétiens exclus de l’aide publique

La crise engendrée par le Covid-19 en Inde fait encore plus ressortir les discriminations dont sont victimes les chrétiens dans ce pays.

En temps normal, les chrétiens indiens sont souvent discriminés dans l’accès aux ressources de base comme la nourriture ou l’eau. En pleine pandémie de COVID-19, nous avons demandé à deux de nos partenaires sur place si les chrétiens bénéficiaient des mesures d’aide mises en place par l’État.

Comment est organisée la distribution d’aide mise à disposition de la population par le gouvernement pendant la crise du Covid-19?

Ce sont le gouvernement et les ONG accréditées qui octroient l’aide. On donne de l’argent aux plus pauvres, du travail aux cultivateurs les plus démunis. Mais il faut être enregistré pour bénéficier de cette aide, ce qui signifie que plus de 300 millions de personnes n’y ont pas accès. La seule aide qu’elles reçoivent c’est celle qui est distribuée sur le bord des routes aux nombreuses personnes qui, faute de transport en commun, rentrent chez elles à pied pour s’occuper de leur champ car la saison de la récolte a commencé.

Est-ce vrai que les chrétiens sont exclus de l’aide prodiguée par l’État?

Oui c’est exact. Imaginez que vous êtes un chrétien vivant dans un village hindou. Vous n’avez pas le droit d’acheter votre nourriture à l’épicerie du village ni de puiser de l’eau au puits communal. Soit d’autres chrétiens vous aident, soit vous allez faire vos courses dans un autre village plus ouvert aux chrétiens. Mais avec le COVID n’avez plus de revenus et l’aide est distribuée par les autorités du village qui vous la refusent.

Pourquoi les chrétiens ne vont-ils pas se plaindre à la police?

Si vous êtes chrétien il y a des chances que la police ne vous écoute pas, voire que la situation se retourne contre vous. On vous demandera: «Essayez-vous de convertir des hindous? Offrez-vous de l’argent aux hindous pour les convertir à votre religion?» Ou bien on peut simplement vous dire d’abandonner votre foi pour être accepté.

Vous avez des exemples de chrétiens qui se sont vu refuser toute aide?

Oui nous en avons beaucoup. Une famille de cultivateurs qui n’avait plus de revenu n’a pas bénéficié de l’aide distribuée par les autorités du village, qui leur ont dit qu’en tant que chrétiens ils recevaient sûrement de l’aide de l’étranger. Même situation dans un autre village où, heureusement, un de nos partenaires a pu quand même leur fournir des vivres. Ailleurs, un chrétien qui ne peut pas marcher, père de 6 enfants, a été privé d’aide. Malgré son handicap, aucun villageois ne lui a apporté de nourriture. Cette famille est persécutée depuis sa conversion. La liste est longue de chrétiens privés d’aide à cause de leur foi et pour beaucoup, leur seul espoir est de se faire aider par d’autres chrétiens.

Au-delà de cette discrimination, qu’en est-il de la persécution habituelle? Est-ce que les passages à tabac et le harcèlement continuent?

Oui malheureusement. Nous venons de recevoir un message d’un groupe de chrétiens qui ont été chassés de chez eux et dont les maisons ont été détruites. Ils en ont reconstruit sur un terrain appartenant à l’un d’entre eux mais de nouveau des hindous fondamentalistes sont arrivés et ont tout détruit. Ils ont de plus été gravement blessés après avoir été frappés. Nous espérons pouvoir arriver jusqu’à eux rapidement. Avec les mesures sanitaires, les nouvelles circulent moins vite mais, d’après les informations dont nous disposons, les cas de persécution sont plus nombreux qu’avant la pandémie.

N’est-ce pas dangereux d’aller de village en village pour les aider? Ne risquez-vous pas de transmettre le virus?

Il y a toujours un risque mais nous essayons de le minimiser. Tous nos partenaires sont bien formés et sensibilisés aux exigences en matière d’hygiène.

Pouvez-vous également faire des recommandations en matière de santé et d’hygiène aux gens que vous aidez?

Oui, mais c’est compliqué. La distanciation sociale est difficile à mettre en place en Inde. Souvent 10 personnes ou plus vivent dans une même pièce, plusieurs logements utilisent les mêmes toilettes, les enfants n’ont pas de vêtements de rechange. Il est difficile de leur expliquer qu’ils doivent en plus porter un masque de protection, beaucoup n’ont pas les moyens de prendre une douche et le savon reste un luxe pour nombre d’entre eux. Suivre les recommandations d’hygiène est compliqué en Inde.

Vous n’aidez que les chrétiens?

Nous venons en aide principalement aux chrétiens persécutés, particulièrement à ceux qui sont exclus de l’aide du gouvernement, mais il nous est arrivé d’aider des non chrétiens également qui ont fait appel à nous, même si la majorité de notre aide va aux chrétiens.

L’Inde a mis en place l’"Aarogyade Setu", une application de traçage du Covid-19. Que pensent les Indiens de cette application?

La plupart des gens y sont plutôt favorables, même si certains s’inquiètent des conséquences sur le droit à la vie privée des utilisateurs. Cette application peut devenir un moyen de surveiller les gens et elle est obligatoire. Si vous ne l’avez pas sur votre téléphone, vous ne pouvez pas aller travailler et vous ne pouvez même pas sortir de chez vous. Elle peut être dangereuse pour les chrétiens. S’ils se regroupent secrètement pour prier, l’application permet de savoir qui était présent. Il faut espérer qu’elle ne sera pas utilisée à mauvais escient.

Pour terminer sur une note positive, avez-vous reçu des témoignages de chrétiens qui ont vraiment ressenti l’aide de Dieu alors qu’ils étaient dans le besoin?

Oui, nous avons reçu le témoignage émouvant d’une famille qui n’avait plus rien. Les membres de cette famille pensaient qu’il ne leur restait plus qu’à mourir, quand un de nos partenaires locaux a sonné chez eux avec un panier plein de victuailles. Ils ont vraiment vu Dieu agir concrètement dans leur vie.

L’Inde est découpée en zones en fonction de la gravité de la situation. Dans les villes les plus peuplées on ne peut ni sortir ni circuler mais dans d’autres régions, les contraintes sont moindres et l’on a pu joindre et aider les chrétiens qui en avaient le plus besoin. Avec la grâce de Dieu, vos prières et vos dons, nous pouvons aider les chrétiens les plus démunis face à cette crise sanitaire.