17.09.2020 /
Ethiopie
/ news

Éthiopie: de nombreux chrétiens ciblés pendant les manifestations

Alors qu'internet vient d'être rétabli en Éthiopie après 3 semaines d'interdiction, on apprend que les chrétiens auraient été ciblés et tués pendant les manifestations de cet été.

L'Éthiopie est encore sous le choc des protestations meurtrières qui ont eu lieu en juillet dans la capitale Addis-Abeba et dans plusieurs villes de l'État d'Oromia. Ces manifestations ont coûté la vie à plus de 280 personnes, mais ce nombre devrait augmenter après la conclusion des enquêtes menées actuellement. Si de nombreuses agences de presse ont qualifié cette violence de violence ethnique, un grand nombre des personnes tuées seraient des chrétiens orthodoxes et protestants appartenant au groupe ethnique Oromo. Le calme a depuis été rétabli pour l'essentiel, mais l'atmosphère reste tendue, selon des sources dans le pays.

L'Église orthodoxe et certaines églises évangéliques ont publiquement dénoncé ce qu'elles considèrent comme des cibles spécifiques. Beaucoup pointent du doigt les jeunes Oromo, également connus sous le nom de Kero, pour ce prétendu ciblage spécifique de personnes. Plus de 9’000 personnes, pour la plupart des chrétiens, ont été déplacées.

Internet et des stations de TV fermés pendant 3 semaines

Dans son effort pour réprimer la violence, le gouvernement a fermé Internet pendant plus de trois semaines, ainsi que la station de télévision Oromo Media Network (MMN), deux chaînes de télévision d'État du Tigré (Tigray TVet Dimtsi Woyane). Ils ont également arrêté le propriétaire de MMN et une figure éminente de l'opposition politique, Jawar Mohammed, accusé d'alimenter la violence ethnique et religieuse. Parmi les autres personnalités politiques arrêtées figurent Bekele Gerba du parti du Congrès fédéraliste oromo, Lidetu Ayalew du Parti démocratique éthiopien et l'ingénieur Yelekal Getenet du parti Abronet. 

À la mi-août, la Commission des Droits de l'Homme, gérée par l'État, a déclaré que le gouvernement avait arrêté plus de 9’000 personnes au cours des affrontements meurtriers, dont 3 personnes pour le meurtre de Hundessa. Des accusations ont été portées. D'autres protestations vers la fin du mois d'août ont fait 11 morts supplémentaires.

Les forces de sécurité ont ouvert le feu

La violence a éclaté après le meurtre d'un éminent musicien et militant de l'ethnie oromo, Hachalu Hundessa. Des hommes armés ont tiré sur Hundessa à Addis-Abeba, la capitale, le lundi 29 juin, dans ce que le Premier ministre Abiy Ahmed a qualifié d'«acte maléfique». Le Premier ministre a déclaré que cela faisait partie d'un complot visant à déstabiliser le pays et à faire dérailler les réformes démocratiques, mais le motif du meurtre n'a pas été prouvé.

«Certaines personnes [parmi celles qui ont été tuées] étaient des personnes en deuil et des manifestants, tués par les forces de sécurité lorsqu'elles ont ouvert le feu», a rapporté l'ONG Human Rights Watch. L'organisation ajoute: «Les attaques contre les communautés ethniques et religieuses minoritaires d'Oromia ont également entraîné des meurtres, des destructions massives de biens et des déplacements de population.»

Le peuple oromo: le plus grand groupe ethnique d'Éthiopie

«Les Oromos, le plus grand des nombreux groupes ethniques d'Éthiopie, représentent environ un tiers des 112 millions d'habitants du pays, mais ils disent qu'ils ont été exclus du pouvoir national», explique Ian Bremmer dans un article du magazine Time. Plusieurs séries de manifestations oromo entre 2014 et 2018 ont finalement abouti à la démission de l'ancien Premier ministre Hailemariam Desalegne et à la nomination du Premier ministre Abiy Ahmed.

Alors que le groupe est à dominante musulmane, le Premier ministre Abiy est chrétien, avec un père musulman et une mère chrétienne. D'abord loué pour avoir conduit un changement démocratique désespérément nécessaire, il a été de plus en plus critiqué pour sa gestion des manifestations, les plus meurtrières depuis son entrée en fonction. Certains disent qu'il est trop autoritaire et que cela rappelle l'époque où le gouvernement précédent avait brutalement réprimé l'opposition. D'autres voix à l'intérieur du pays, cependant, ont accusé Abiy de faiblesse et de manque de volonté à faire appliquer la loi.

Son administration a également fait face à des critiques pour avoir reporté les élections initialement prévues pour le 29 août à cause de Covid19. Les critiques disent qu'il prolonge délibérément son mandat au-delà du 10 octobre. Entre-temps, l'État fédéral du Tigré, dans le Nord, a organisé des élections le mercredi 9 septembre, au mépris du gouvernement central.