29.09.2020 / news

Enfin réunis autour de l’église qui souffre pour sa foi !

L’édition 2020 de la journée annuelle de Portes Ouvertes a eu lieu samedi 26 septembre à Yverdon. 300 personnes ont pu y participer, sur inscription. L’entier des conférences est disponible dès à présent en vidéo.

Chaque année au début de l’automne, l’ONG Portes Ouvertes invite plusieurs conférenciers et témoins de la persécution religieuse dans leur pays, à partager leur réalité avec les chrétiens de Suisse romande. Dans le but de leur permettre de s’informer de la situation de l’église dans d’autres parties du monde et de prier pour elle.

Violences en Afrique subsaharienne

Observant une tragique dégradation de la tolérance religieuse en Afrique subsaharienne et en particulier au Burkina Faso (qui a rejoint l’Index mondial de persécution en 2020, au 28e rang des pays qui persécutent le plus durement les chrétiens), les organisateurs avaient invité Boureima Diallo, chrétien Peul d’arrière-plan musulman, à venir en témoigner. Issu d’une famille d’éleveurs, installé à Oubritenga, un petit village du centre du pays, il a vécu de près les attaques des djihadistes qui se multiplient au Nord depuis plus d’un an et qui ont fait un million de déplacés et de nombreux morts : « Le gouvernement fait ce qu’il peut, mais par la prière et par l’action, nous, les chrétiens, pouvons apporter une réponse d’amour dans ce conflit là où les djihadistes apportent la division et la violence ». 

Du Niger, pays à 99% musulman à la France  sécularisée

Dans un autre registre,  Ado Istifanous, nigérien étudiant en France, a évoqué l’onde de choc provoquée par les attentats de Charlie Hebdo en 2015 jusque dans son pays à 99% musulman. La centaine d’église détruite en moins de 24 heures et la petite minorité chrétienne assimilée à des occidentaux, et donc à cette vague de « Je suis Charlie ». Puis dans un second temps, il a partagé sa surprise et sa déception, à son arrivée en France, terre de liberté religieuse par excellence à ses yeux de jeune étudiant, de découvrir des églises vides : « Ceux qui nous ont amené la bonne nouvelle désertent leurs lieux de cultes »,  résumait-il.

Les causes de l’aggravation de la persécution

Expert de la Chine et théologien, Ron Boyd McMillan a partagé son analyse des causes du durcissement de la persécution observées sur tous les continents depuis 2015. Selon le journaliste écossais, plusieurs facteurs convergents seraient à l’origine de ce phénomène. Parmi lesquels, le retour au pouvoir des extrémistes en Inde, une régression des libertés accordées par les communistes au pouvoir en Chine, l’instabilité à moyen terme au Moyen-Orient, la mainmise des narco-trafiquants en Amérique latine ou encore la montée du sécularisme intolérant en Occident. « Ce n’est pas une mauvaise nouvelle en soi pour l’évangile. Comme le Vendredi Saint a précédé Pâques, la persécution donne du crédit au message des chrétiens, car on ne combat que ce qui a de la valeur », déclarait-il en conclusion. 

Un proche de Ben Laden témoigne de sa conversion

Domicilié aux Etats-Unis et dans l’impossibilité de rejoindre la Suisse en avion, Al Fadi, saoudien converti au christianisme, a tenu sa conférence par écran interposé. Après le récit de sa conversion, l’ancien habitant de la Mecque et ami de nombreux djihadistes a appelé les chrétiens occidentaux « à aimer les musulmans comme eux-mêmes, à aller vers eux et à faire d’eux des disciples » , selon les paroles de Jésus, dans l’évangile de Matthieu (28:19).