21.06.2022 /
Egypte
/ news

Égypte: assassiné parce qu'il discutait avec des musulmanes

Rani Rafaat a été assassiné dans son magasin en Égypte par un extrémiste islamique qui lui reprochait de discuter avec des femmes musulmanes sur réseaux sociaux.

Rani Rafaat, chrétien égyptien de 28 ans, a été abattu dans son magasin par des hommes armés. L'un d'eux a admis plus tard que c'était parce que Rani «était ami avec des femmes musulmanes.» Rani était chrétien, professeur d'agriculture et propriétaire d'un magasin agricole d'El Dabaa, une ville du Nord de l'Égypte. Le jour de sa mort, le 27 avril, il s'était rendu au monastère voisin de Mar Mina avec ses deux parents. 

Trois hommes masqués

Le père de Rani raconte: «Sur le chemin du retour, nous sommes allés au magasin avec lui, et il nous a dit de rentrer chez nous, qu'il arriverait plus tard. Mais il n'est jamais revenu à la maison. Juste après notre arrivée, nous avons reçu un appel nous informant qu'il avait été assassiné.» 

La tante de Rani, qui vit au-dessus du magasin, a assisté au meurtre: «J'ai vu trois hommes masqués avec des armes automatiques; ils portaient des vêtements noirs. Ils ont tiré sur Rani environ 22 fois. Quand ils ont fui dans leur voiture, je les ai entendus tirer des coups de feu en l'air en signe de célébration, en criant "Allahu Akbar" (Dieu est le plus grand).» Le père de Rani se souvient du moment où il est rentré dans la boutique de son fils avec effroi: 

«Je l'ai trouvé mort, allongé sur le sol et trempé dans son sang. Ce fut un grand choc pour moi!»
Un premier agresseur libéré

Ce n'était pas la première fois que Rani était attaqué. En décembre 2021, un habitant d'El Dabaa lui avait tiré dans la jambe. Mais il avait réussi à s'échapper avant d'être tué. «L'auteur de l'agression a été retrouvé rapidement et arrêté, explique le père de Rani. Il avait tiré sur mon fils parce qu'il avait entendu dire qu'il était ami avec des femmes musulmanes sur Facebook et parlait avec elles sur Messenger.» Dans l'islam, une femme musulmane ne peut pas épouser un homme chrétien. Et même une amitié entre eux est mal perçue. 

Rani et sa famille n'ont pas obtenu justice. La famille de l'agresseur a fait pression sur eux pour qu'ils abandonnent les poursuites: «Ils sont venus chez moi et m'ont dit que ce membre de leur famille souffrait d'une maladie mentale, se souvient le père de Rani. Ils ont également dit qu'ils ne croyaient pas les rumeurs selon lesquelles mon fils était ami avec des femmes musulmanes. Pour notre sécurité, nous avons décidé d'abandonner les poursuites contre l'auteur des faits.»

Toujours pas arrêté

Entre temps, Rani avait supprimé son compte Facebook, changé de numéro de téléphone portable et trouvé un emploi dans une autre ville. Mais les rumeurs ont suffisamment persisté pour qu'un groupe d'hommes l'assassine moins de 6 mois plus tard.

Le 14 mai, un homme a reconnu le meurtre dans une vidéo YouTube: «J'ai tué le jeune homme chrétien de Dabaa et je jure devant Dieu que je l'ai tué. Et je suis heureux de l'avoir tué. Je l'ai tué parce que j'ai entendu dire qu'il était ami avec des femmes musulmanes.» Malgré ces aveux, jusqu'à présent, personne n'a été arrêté. 
Rani est enterré dans la tombe familiale à Alexandrie; il laisse derrière lui ses parents et deux jeunes frères et sœurs.