17.12.2021 /
Egypte
/ news

Égypte: Adel découvre le véritable sens de Noël

Que signifie Noël pour vous? Pour Adel*, jeune Égyptien de 10 ans, Noël était seulement synonyme de cadeaux. Jusqu’à ce que Jésus entre dans son cœur. 

Des sapins de Noël illuminés partout, d'énormes projections lumineuses sur les immeubles et les chansons de Noël les plus sirupeuses dans les centres commerciaux: Quiconque visite le Caire au mois de décembre pourrait penser que la persécution est inexistante en Égypte. 

Il suffit de vivre une journée dans la réalité d’Adel pour se rendre compte que rien n'est moins vrai. C'est surtout dans la périphérie du Caire où il vit, dans les bidonvilles, que l’on rencontre une forte persécution. La violence, le harcèlement et la discrimination sont bien réels, tant pour les adultes que pour les enfants.

Chrétien de nom, sans s’être jamais plongé dans l’Évangile

Adel a 10 ans, mais il semble beaucoup plus âgé. Ses vêtements sont encore sales; il est venu ici directement après son travail dans un atelier de tri de déchets. Son regard est d'un sérieux qu'on n'attend pas d'un enfant. Il a dû commencer à travailler très jeune et son père alcoolique le battait. «Je détestais ma vie», partage Adel en baissant les yeux. «Je ne savais pas à quoi elle servait.» 

Adel n'est jamais allé à l'école du dimanche et n'a pas appris grand-chose sur Dieu à la maison. Il allait à l'église de temps en temps – par exemple, pour recevoir son cadeau à Noël –, mais il ne s'est jamais plongé dans l'Évangile. 

Au travail, Adel était humilié par son patron et ses coéquipiers: moins bien payé que ses collègues musulmans, il se faisait moquer parce qu'il est chrétien. «Je ne connaissais pas encore beaucoup Dieu, explique Adel, alors je ne savais pas quoi répondre quand ils disaient du mal de Jésus. J'avais honte d’être chrétien.» Adel cherche alors un moyen d'échapper à son malheur.

Entendre parler de Dieu à la pause de midi

Il ressent une lueur d'espoir lorsqu'il entend parler pour la première fois de la classe du ministère auprès des enfants, et qu'il constate qu'elle a lieu pendant sa pause. «J'ai décidé d'assister aux cours autant que possible.» C’est là que Marta*, travailleuse sociale, a remarqué Adel.

«Il était assis seul dans un coin, tandis que les autres enfants jouaient autour de lui», dit-elle. « Il m'a raconté sa vie, j'ai ressenti toute la douleur de son passé.»

Marta est devenue l'amie dont Adel avait toujours rêvé, elle l’a suivi de près et un nouveau chapitre s'est ouvert dans la vie de ce garçon brisé: «L'un des sujets les plus importants dont j'ai parlé avec lui est ‹Dieu en tant que père›, son image de Dieu ayant été déformée car son propre père ne lui donnait pas le bon exemple.»

Pendant les cours et les conversations avec Marta, Adel construit une relation avec son Sauveur. «Le fait de connaître Dieu me rend heureux.» Adel affirme: «Je sais que j'ai un père au ciel à qui je peux toujours parler. C'est incroyable.»

S’appuyer sur des promesses 

Outre la construction d'une relation avec le Christ, Adel a également appris à défendre sa foi contre les idées fausses les plus courantes. «J’ai même osé en discuter avec mes collègues de travail», annonce-t-il, fier. Adel vit maintenant en sachant que Dieu l'a créé dans un but précis et qu'il l'a connu avant même sa naissance. «Il sait qu'il a une mission», se réjouit Marta. 

Cette année, Noël sera spécial pour Adel, ce sera une fête joyeuse qui lui permettra de célébrer la venue sur terre de Jésus-Christ, son Sauveur. Adel n'est qu'un des quelque 5 millions d'enfants chrétiens d'Égypte. Notre mission n’est pas encore achevée. Cette année, nous avons touché 23’500 enfants avec le ministère et les cours bibliques pour enfants. Allez-vous nous aider à les atteindre tous? 

* Noms d'emprunt