07.09.2018 /
Corée du Nord
/ news

Corée du Nord: 70 ans de résistance

Ce 9 septembre 2018 marque les 70 ans de la nation nord-coréenne. L’Eglise souterraine de Corée du Nord est loin des festivités. Mais sa seule existence montre sa capacité à résister. Depuis 70 ans!

9 septembre 1948: Kim Il-Sung proclame la naissance de la République Démocratique Populaire de Corée du Nord, dont il devient le dirigeant. C'est le début de 70 ans d’une impitoyable persécution envers l’Eglise. Mais les chrétiens s'organisent. Ils entrent en résistance. Ils le sont toujours. Qui aurait pu l’imaginer?

La société nord-coréenne est entièrement verrouillée. Personne n’est libre. Quant à l’Eglise, elle n’a aucun espace. L'Etat tente de l’anéantir depuis 70 ans. En vain. Bibles cachées, chants appris par cœur, messages transmis par bribes jusque dans les prisons, réunions secrètes... Quatre générations de chrétiens ont traversé la répression du régime. En toute clandestinité, 300’000 chrétiens se tiennent aujourd'hui constamment sur leurs gardes. Au moindre faux pas, c’est le camp de travail, la torture, la mort. Contre toute attente, l'Eglise a survécu... et elle grandit!

Le 9 septembre, les fameuses célébrations de masse (Arirang) vont réunir jusqu’à 100’000 participants dans une chorégraphie colorée et millimétrée au stade de Pyongyang, devant 150’000 spectateurs. Grandiose! De quoi émerveiller les Nord-Coréens. De quoi leur faire oublier le quotidien. La réalité? Très peu en parlent. Mais un de nos contacts raconte: «Nous souffrons de la corruption généralisée et des taxes. Le pire, c’est le manque de nourriture, surtout en hiver. Sous-alimentés, sans chauffage ni hygiène, les gens tombent malades. Beaucoup meurent.»

Face à cette situation, Portes Ouvertes a augmenté son aide et touche 60’000 chrétiens nord-coréens avec de la nourriture, des médicaments et des vêtements. Par sécurité, nos méthodes d’approvisionnement restent secrètes. Les chrétiens nord-coréens réalisent à travers cette aide que Dieu prend soin d’eux et qu’ils ne sont pas seuls dans leur bataille spirituelle pour la liberté. «Vous ne connaissez pas la faim, mais Dieu a ouvert votre cœur et vous a ouvert les portes jusqu’à nous. Merci!», dit l’un d’eux.