29.05.2020 /
Chine
/ news

Chine: Une nouvelle vitalité pour l'Église

Grâce aux réunions virtuelles, la vie d'église a gagné en vitalité en Chine. Le gouvernement tente d'interdire ces réunions. Pour l'instant en vain.

Plusieurs mois après le début de la pandémie de coronavirus, l'Église chinoise se révèle étonnamment fortifiée. Le confinement a montré la volonté de croissance spirituelle des chrétiens. Des églises locales se sont regroupées pour mettre en place sur internet des plateformes de prière, de prédications ou de cours bibliques. Résultat: les chrétiens ont ressenti le besoin de prier avec plus de ferveur pour les communautés locales, les villes et le gouvernement. 

À partir du 31 janvier dernier, le parti communiste devait décider de l'organisation des églises en ayant son mot à dire sur le choix des pasteurs. La crise engendrée par le coronavirus semble avoir mis un frein temporaire à la politique de restriction religieuse entamée par le gouvernement chinois il y a plus de 2 ans. 

De nouvelles opportunités se sont créées pour les églises qui retrouvent une marge de liberté. Pendant la pandémie, les réunions hebdomadaires en ligne sont devenues quotidiennes. Ce qui agace les autorités. Un pasteur de Wuhan déclare: «Les autorités nous ont dit de ne plus tenir de réunions en ligne. Mais comme elles n’ont pas les moyens de faire respecter l’interdiction, les réunions continuent!»

Malgré le confinement, les chrétiens chinois disent aussi se sentir désormais plus proches les uns des autres. Pendant la crise sanitaire, ils ont mieux pris conscience des besoins de leurs frères et sœurs. Naturellement, cela les pousse à tendre la main pour fournir de la nourriture, des masques faciaux, des vêtements de protection et, surtout, de l'amitié et du réconfort à ceux qui ont été directement touchés par la maladie, ainsi qu'à leurs voisins pauvres et isolés qui n'ont aucun autre réseau de soutien.

Aussi dramatique que soit cette pandémie, la vie de l'église a gagné en vitalité car les chrétiens se rassemblent régulièrement en ligne pour prendre soin les uns des autres et servir leurs communautés. Ils en tirent déjà cette conclusion: «Nous ne devrions pas attendre qu’une pandémie éclate pour témoigner de l’amour de Jésus!»

Dans les régions où les restrictions se sont assouplies, les chrétiens ont commencé à se réunir en petits groupes de quelques personnes pour profiter à nouveau de la compagnie des autres, prier, chanter et s'entraider. Jusqu'à présent, aucune église n'a rouvert ses portes.