15.07.2022 / news

Berne: Des centaines de manifestants réunis pour demander justice pour les persécutés

Environ 500 personnes se sont regroupées autour de la scène et des 500 croix en bois qui se dressaient sur la Place fédérale à Berne, samedi dernier, pour dénoncer les violences faites aux chrétiens dans le monde.     

La manifestation du mouvement persécution.ch de samedi 9 juillet s’est déroulée sous un soleil radieux. Placée sous la devise «Nous ne nous tairons pas!», elle appelait à donner une voix aux personnes persécutées pour leur foi. Parce que les victimes de la violence religieuse sont souvent réduites au silence, lorsqu’elles sont emprisonnées, enlevées, torturées, ou encore tuées dans des attentats contre des lieux de culte. 

Des instants poignants à vivre ensemble

L’après-midi a été ponctué de moments forts, comme lorsque les participants ont été invités à déposer des roses aux pieds des 500 croix dressées en cercle autour de la tribune centrale, sur la Place fédérale. 

«Je suis toujours bouleversé de voir ce que des personnes dans d'autres pays doivent endurer pour leur foi. Par ma participation aujourd'hui, je veux faire un geste et exprimer ainsi que je ne suis pas indifférent à cela», relevait un participant.

La prière était au cœur de la manifestation. Ainsi, c’est à genoux, au milieu du cimetière de croix que les manifestants ont imploré le Seigneur de faire cesser la violence et les injustices faites aux chrétiens, qui restent la communauté religieuse la plus touchée au monde, avec 360 millions de personnes persécutées.

L'importance de la prière pour les chrétiens qui sont persécutés a également été relevée par Sacha Ernst, directeur d'une des œuvres d'entraide à l'origine de la manifestation et principal orateur du jour. Il a illustré ses propos par des témoignages d’Iran, recueillis lors de ses nombreux voyages. 

Survivre à la torture

Un pasteur iranien lui avait raconté comment, suite à la torture, aux privations de sommeil et à la terreur psychologique subies en prison, il avait pensé à se suicider, mais avait été sorti de sa panique par les prières et le soutien. «Merci d'avoir prié et d'avoir élevé la voix – c’est grâce à vous que j’ai survécu», citait Sacha Ernst à propos de ce frère. 

Quel est le délit des personnes persécutées?

C'est en particulier au regard de ce destin individuel – parmi d’innombrables exemples – que Sacha Ernst a posé la question: «Quels sont les délits de ces personnes»? Il a en outre averti qu'au vu de l'augmentation rapide des chiffres, la persécution des chrétiens ne s'arrêtera pas aux portes de l'Europe. Et il fait un appel pressant aux médias, aux politiques, à la société et aux participants à la manifestation, afin qu’ils fassent toute la lumière sur cette injustice, qu’ils fassent passer les droits de l'homme avant les intérêts économiques, qu’ils ne restent pas indifférents mais agissent.

Le fait qu'il existe des possibilités d'améliorer cette triste réalité a suscité de l'espoir à la fin de la manifestation – tout comme la conviction des participants que la mort n'est pas la fin et que Dieu aura le dernier mot. (com/PO)