03.06.2022 /
Bangladesh
/ news

Bangladesh: «Je n'abandonnerai pas ma foi en Jésus!»

Ancien musulman, Jashim a été brutalement agressé à deux reprises parce qu'il a décidé de suivre l’enseignement de Jésus. Il est rentré de l’hôpital la semaine dernière et demande que les chrétiens prient pour lui.

Cela fait à peine une année que Jashim Uddin (25 ans) a découvert la foi chrétienne. Il s'est fait baptiser et a commencé à parler de l'amour de Dieu autour de lui. Certains de ses amis et des membres de sa famille se sont mis à suivre Jésus. Mais la foi contagieuse de Jashim a failli lui coûter la vie il y a trois semaines.

Seul face à des dizaines d'agresseurs et d’indifférents

Jashim vit avec sa femme et ses trois enfants à Jhenaidah, dans l'ouest du Bangladesh. Le 14 mai dernier, il a été attaqué en pleine journée devant sa maison par des membres de sa famille et des proches. En colère parce qu'il s'était converti à la foi chrétienne et qu'il donnait des cours d'alphabétisation pour adultes, les agresseurs lui ont demandé d'abjurer sa foi en Jésus et de revenir à l'islam. Mais Jashim a refusé fermement: «J'ai accueilli Jésus-Christ dans ma vie comme mon sauveur et mon Seigneur. J'ai le droit de choisir et de pratiquer ma foi. Vous ne pouvez pas me forcer à faire comme vous. Je ne renoncerai pas à ma foi en Jésus!»

Sa résistance a rendu les agresseurs encore plus furieux. Ils ont commencé à le poignarder avec des objets tranchants, l'ont poussé à terre et l'ont frappé au hasard. Certains lui ont tenu les mains et les jambes, d'autres ont tenté de l'étrangler.

Au total, 50 à 60 personnes ont pris part à l'attaque. Sans compter les passants et les témoins de la scène, qui sont restés insensibles au sort du jeune homme ou n’ont pas osé venir lui porter secours. Par miracle, Jashim a réussi à échapper à ses agresseurs.

Des moqueries et une seconde attaque

Il s'est rendu directement chez le pasteur et lui a expliqué d'une voix tremblante ce qui venait de se passer. Les chrétiens ont immédiatement emmené Jashim à l'hôpital pour qu'il reçoive des soins.

Lorsqu’il a pu quitter l’hôpital, la police l'attendait déjà devant chez lui, afin d'élucider l'incident. Lorsque les agents ont appris que sa conversion de l'islam à la foi chrétienne était à l'origine de l'agression, ils se sont eux aussi énervés. Au lieu de l'aider ou de rechercher les coupables, ils se sont moqués de Jashim.

Après le départ de la police, les agresseurs ont attaqué Jashim une seconde fois. Ils ont fait preuve de plus de violence encore, et l'ont finalement jeté hors de sa maison. Grièvement blessé, il a dû être hospitalisé durant plusieurs jours. Au départ, il était dans un état préoccupant et ne pouvait parler que de manière incohérente. Les douleurs étaient si intenses qu’il a tenté de mettre fin à ses jours. Il va mieux, mais il souffre toujours de maux de tête et de vertiges. Il a pu quitter l’hôpital, être mis en sécurité et rejoint par sa famille, qui a aussi dû prendre la fuite devant les menaces. 

Reprendre pied et reconstruire l’espoir

Les partenaires locaux de Portes Ouvertes au Bangladesh ont soutenu la famille avec de la nourriture pour un mois afin qu’elle ne meure pas de faim. Ils prient également pour le rétablissement de Jashim. Pendant cette période de convalescence, Jashim et sa famille suivent une formation de disciple, grandissent spirituellement et tentent de reprendre pied, grâce à Dieu.