20.09.2019 /
Algérie
/ news

Algérie: Les chrétiens protestent contre la fermeture d'une église

Tôt le matin du 2 septembre dernier, la police s’est rendue à l'Eglise évangélique «Prince de Paix» à Ighzer Amokrane en Algérie et a scellé le bâtiment.

Un arrêt officiel avait déjà été émis à la mi-août pour la fermeture de l'église. Ses membres ont alors occupé temporairement le bâtiment et protesté contre cette décision.

Des représentants de l'organisation faîtière des églises protestantes d'Algérie (EPA), qui est légalement reconnue, ont qualifié cette fermeture d'illégale parce qu'elle n'a pas été ordonnée par un tribunal. Lors d'une réunion des représentants de l'EPA avec les autorités provinciales compétentes le 28 août, ces dernières ont accepté de réexaminer le cas. Aucun avis officiel n’a cependant été formulé jusqu'à la mise sous scellés le 2 septembre. Ce même jour, les responsables de l’église de Maâtkas, qui fait aussi partie de l'EPA, ont également été convoqués par les autorités. Ils ont été interrogés longuement, mais ils sont reconnaissants que leur église ne doive pas fermer ses portes.

Le 8 septembre, le quotidien algérien «Al Khabar» a publié une directive interne du ministère de l'Intérieur, intitulée «Les activités de groupes religieux qui sont contraires aux pratiques religieuses nationales, notamment leurs manières d’agir destructrices/subversives dans la situation actuelle du pays». Ce document charge les gouverneurs régionaux et les responsables des services de sécurité d'intensifier les enquêtes sur les activités financières de certains groupes religieux. Selon le journal, trois groupes y sont mentionnés, dont l'EPA et deux groupes islamistes connus pour leurs stratégies agressives. La directive soutient que les dirigeants protestants, soutenus par des partis étrangers, cherchent à poursuivre un «plan malveillant» pour répandre des «idées destructrices». L'Eglise est accusée d'utiliser la situation politique actuelle pour mettre en œuvre de tels plans subversifs.

Depuis novembre 2017, la plupart des églises associées à l'EPA ont été sommées de présenter une autorisation du gouvernement, comme l'exige une ordonnance de 2006 concernant les cultes religieux non musulmans. Jusqu'à ce jour, le gouvernement a ignoré toutes les demandes de ce type et n'a pas accordé une seule autorisation pour un lieu de culte chrétien. Plusieurs églises ont reçu l’ordre de cesser toute activité. Au moins sept églises ont été mises sous scellés.

Source texte et photo: Middle East Concern