28.01.2022 /
Afghanistan
/ news

Afghanistan: Seule, mais pas abandonnée

De nombreux Afghans ont quitté le pays à l'arrivée des talibans. Dont des chrétiens, tels que Zabi. Ils craignent pour leur vie s'ils sont renvoyés chez eux.

Depuis l'arrivée des talibans au pouvoir en août 2021, des dizaines de milliers d'Afghans ont quitté le pays. Et plus de 700’000 personnes sont aujourd'hui des déplacés internes. Certains chrétiens ont fait le choix de rester. D'autres, comme Zabi*, ont dû fuir. 

Prier pour trouver la sécurité

Zabi est une chrétienne clandestine qui a dû quitter l'Afghanistan à l'arrivée des talibans. Aujourd'hui, elle vit dans un pays frontalier avec sa mère. Elle n'a pas accès à ses économies, bloquées sur son compte en banque en Afghanistan. Portes Ouvertes l'aide à acheter de la nourriture, des vêtements et à payer le loyer de son petit appartement. 

Sa situation est précaire et son visa expire bientôt. Elle craint le pire. D'abord parce qu'elle est chrétienne et ensuite parce qu'elle travaillait pour une organisation internationale qui défendait les Droits de l'Homme. Elle se lève tous les matins avec la même pensée: survivre.

Elle explique: «Notre situation est désespérée. Je prie pour pouvoir quitter ce pays et aller dans un endroit sûr. Je vais peut-être devoir me cacher ou je serai expulsée vers l'Afghanistan. Je risque d'être tuée si cela arrive.»

Être présents et aider

Lorsqu’il évoque la réalité de Zabi, un de nos partenaires qui vit dans un pays frontalier de l'Afghanistan reste prudent: «Elle est si reconnaissante que nous l'aidions, mais en même temps, elle est encore sous le choc. Il lui est difficile d'exprimer ce qui s'est passé et ce qu'elle ressent. Nous devons simplement être avec elle et l'aider dans la mesure du possible. Et nous prions que Dieu lui ouvre une porte pour qu'elle et sa mère puissent être en sécurité.»

Une vie de clandestins

Notre partenaire décrit encore la situation générale aux frontières: «Tous les jours, des Afghans traversent la rivière et se cachent dans les champs et dans les roseaux.» 

Il précise: «Quand les gardes-frontières les trouvent, ils sont renvoyés. Je sais qu'il y a des réfugiés afghans dans beaucoup de villes, mais j’ignore comment ils ont réussi à arriver jusque là. Ils vivent cachés pour éviter que la police ne les trouve.» 

Parmi ces fugitifs se trouvent des chrétiens afghans. Qu'ils vivent à l'étranger où qu'ils soient toujours en Afghanistan, ils sont condamnés à une vie de clandestinité. 

L’Afghanistan plus extrême encore que la Corée du Nord

Le 19 janvier 2022 a paru le dernier Index mondial de persécution. Pour la première fois depuis 20 ans, ce n’est pas la Corée du Nord qui se classe en tête de cette liste des 50 pays qui persécutent le plus les chrétiens, mais l’Afghanistan, justement.

* Nom d'emprunt

Le témoignage de Zabi est disponible en vidéo (en anglais).