25.01.2021 /
Afghanistan
/ news

Afghanistan: «Que le Seigneur se souvienne de vous!»

Une chrétienne afghane décrit ses craintes et ses espoirs.

"Qui nous séparera de l'amour du Christ ? La tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le danger, ou l'épée?" (Romains 8.35). Gulshan* vivait autrefois à Kaboul. En tant que mère et chrétienne, elle a vécu des mois terribles. Les expériences vécues l'ont profondément marquée, mais son espoir est en Jésus - et dans les prières d'autres chrétiens. En l'écoutant, on devine pourquoi ces prières sont si infiniment importantes pour elle. Voici le récit de Gulshan.

La fuite semblait impensable

La nuit du 15 août, nous dormions. Une étrange lourdeur pesait sur nous tous. Ce qui nous inquiétait, ce n'était pas que les Américains partent. Notre véritable crainte était d'être à la merci des talibans: Les talibans dont l'idéologie religieuse les incite à tuer. Les talibans qui considèrent l'éducation des femmes non seulement comme une erreur, mais aussi comme un péché. Aux talibans qui lapident les femmes simplement parce qu'elles ont parlé avec quelqu'un qui ne fait pas partie de leur famille.

Comment pouvais-je regarder ma fille dans les yeux ? Devais-je lui dire que l'ange de la mort épargnerait sa vie? S'ils apprenaient notre foi, que se passerait-il? Devrions-nous fuir pour sauver nos vies ou rester? Mais où fuir? Si nous restions, que deviendrions-nous?

Quand je pensais à la fuite, l'explosion des bombes me revenait à l'esprit. Je n'oublierai jamais ce jour [le 26 août] ; la détonation faisait trembler nos murs. Il était impossible de faire taire les enfants qui pleuraient. Leurs yeux étaient remplis de terreur. Nous avions peur que leurs pleurs attirent l'attention des talibans. Ce jour-là, 13 soldats américains et plus de 160 Afghans ont perdu la vie. C'était plus qu'un acte terroriste, c'était un avertissement pour nous : si vous essayez de quitter le pays, nous vous détruirons.

Inquiétude pour les enfants et les voisins

Nous vivions dans la peur que les talibans viennent nous chercher ou que nous mourions de faim. Pendant trois jours, toute ma famille a vécu avec un bol de soupe aux lentilles. Je ne savais pas comment continuer à les nourrir, car les lentilles étaient bientôt épuisées.

Les enfants de nos voisins étaient très jeunes. Je me demandais si leurs parents parviendraient à se procurer du lait pour les enfants. Je me demandais comment allait le plus jeune, car je n'avais pas entendu sa voix depuis de nombreux jours. J'ai prié: "Dieu, s'il te plaît, donne-lui la vie et la santé".

Jésus nous a appelés à endurer beaucoup de souffrances. Si les hommes n'ont pas épargné le Christ, pourquoi devraient-ils nous épargner? Je me suis préparée, ainsi que mon mari, à ces difficultés. Mais quand je regardais mon fils et ma fille, mon cœur s'affaissait et je perdais tout courage. "Que Dieu me donne du courage pour le moment où .... Non... jamais, je ne peux pas dire ces mots. Seigneur, aie pitié de moi!"

Les talibans faisaient du porte-à-porte, enlevaient des jeunes filles et détruisaient des familles. Et Dieu seul sait qui les a informés de l'endroit où se trouvaient les chrétiens et de leur identité. Ils ont fouillé les maisons les unes après les autres pour nous trouver. Je savais: "S'ils nous trouvent, ils nous tueront sur le champ en tant que chrétiens. Comme cela s'est passé avec mes proches... Qui sait quand ils se présenteront à notre porte?".

Désir d'une adoration commune

Notre grand désir était de nous réunir avec nos frères et sœurs et d'adorer Dieu ensemble. Mais ce n'était tout simplement pas possible. Nous ne pouvions rencontrer notre pasteur qu'au milieu de la nuit, de sorte que personne ne pouvait le reconnaître ni nous reconnaître.

Notre confiance ne va qu'au Christ et le restera jusqu'à notre dernier souffle. Je n'ai pas le courage de vous faire part des détails sensibles de mes joies et de mes peines. C'est tellement dangereux. Mais je sais que nous croyons tous au même Jésus. Par la prière, nous sommes invités, car nous sommes le corps du Christ. Que le Seigneur vous rappelle nos souffrances.

Et nous sommes sûrs que nos prières unies en Christ sont la solution.

*Prénom d'emprunt