08.09.2018 /
Vietnam
/ news

Plus de 100 réfugiés chrétiens vietnamiens arrêtés en Thaïlande

181 réfugiés et demandeurs d'asile issus de minorités ethniques du Vietnam, pour la plupart chrétiens, ont été arrêtés près de Bangkok, capitale de la Thaïlande, le 28 août dernier.

Le 28 août, une vaste opération d'arrestations s'est tenue à quelques encablures de Bangkok. Un groupe de 181 réfugiés et demandeurs d'asile issus de minorités ethniques, dont beaucoup de chrétiens, ont été arrêtés. Accusés d'entrée ou de séjour illégal en vertu des articles 11, 62 et 81 de la loi thaïlandaise sur l'immigration, ils risquent l'expulsion ou des poursuites judiciaires.

Les arrestations ont eu lieu suite aux plaintes déposées par des résidents locaux thaïlandais.

Séparés de leurs parents, 50 enfants sont eux aussi détenus. Certains ont des problèmes de santé et ont besoin d'une assistance médicale.

La plupart des détenus sont des Montagnards, pour la plupart originaires des hauts plateaux du Vietnam qui feront face à de dures persécutions s'ils sont renvoyés au Vietnam.

Les Montagnards souffrent de discrimination

Les Montagnards sont discriminés en raison de leur appartenance ethnique et religieuse.

Depuis 2001, à cause de l'expropriation de leurs terres et des persécutions religieuses qu'ils subissent, des milliers de Montagnards ont fui le Vietnam pour demander l'asile dans les pays voisins. Mais il leur est difficile d'obtenir cet asile. Au Cambodge et en Thaïlande, leur statut de réfugiés n'est pas reconnu, car les deux pays ne sont pas signataires des différents traités internationaux qui se penchent sur la question du statut des réfugiés.

Pour la libération des réfugiés

Ces minorités sont harcelées de part et d'autre de la frontière. Selon Brad Adams, directeur de la Fédération des Droits de l'Homme en Asie, «la Thaïlande viole ses engagements internationaux en détenant plus de 50 enfants de réfugiés et de demandeurs d'asile. Leur statut de réfugiés des Nations Unies devrait faire en sorte qu'aucune de ces familles ne soit détenue. Il ajoute : «Les autorités thaïlandaises devraient les libérer immédiatement.»

Au Vietnam, 18ème dans l'Index Mondial de Persécution, on peut payer de sa vie le fait de devenir chrétien. Pourtant, une nouvelle loi sur la croyance et la religion est entrée en vigueur le 1er janvier. Elle vise à fournir « une base juridique solide pour mieux garantir la liberté de croyance et de religion pour le peuple ».

Mais la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme (FIDH) et le Comité pour la Défense des Droits de l'Homme au Vietnam (CDV) attestent que «depuis l'entrée en vigueur de la loi, les autorités ont de plus en plus harcelé les groupes non enregistrés, comme l’église bouddhiste unifiée du Vietnam Hòa Hảo, et certains groupes ethniques minoritaires dont les protestants».

Les Hmongs, autre minorité à majorité chrétienne persécutée au Vietnam

Le peuple Hmong, une autre minorité ethnique vietnamienne, subit aussi la persécution sous prétexte de préserver la «culture traditionnelle» du pays. Ce groupe ethnique affiche une forte croissance du christianisme. Ils subissent des violences de la population ainsi que les restrictions du gouvernement qui surveille leurs églises et limite leurs activités religieuses.