Rapport de la London School of Economics (LSE – juillet 2021) sur la campagne systématique de persécution nationaliste violente subie par les chrétiens

Résumé des conclusions du rapport

  • La vie quotidienne de nombreuses communautés chrétiennes et musulmanes, dans les villes comme dans les campagnes indiennes s’est transformée en une âpre lutte pour gagner sa vie, pratiquer sa foi tout en restant en vie et en échappant au radar des organisations d'extrême droite hindutva qui dominent désormais la sphère publique et politique indienne.
  • Il règne une atmosphère de profond traumatisme, de peur et d'anxiété, dans les communautés chrétiennes que nous avons visitées tant dans les zones rurales que dans les villes et villages de taille moyenne et à la périphérie des grandes villes. Ces craintes et ces angoisses sont fondées sur des expériences avérées d'exclusion, de discrimination, de harcèlement, de brimades, d'intimidation, de violence et d'injustice.
  • Ces problèmes sont à la fois directement liés à la foi - puisque la discrimination et la violence vise ceux qui portent des symboles de leur foi, petits mais manifestes, qui possèdent des bibles, qui tentent de se réunir pour prier ou célébrer des événements religieux et/ou même laïques comme Noël et l'Aïd ou même le Nouvel An, ou qui sont connus pour pratiquer leur culte dans une église ou une mosquée locale particulière - et renforcés par d'autres caractéristiques, comme le statut de caste ou de tribu, le sexe et l'orientation politique.
  • L'arrivée du Covid-19 a renforcé la discrimination envers les minorités. Des images impliquant le dénigrement des musulmans et des chrétiens, en particulier le refus de recevoir un don de sang provenant d’un membre de ces minorités, le refus d'être soigné par des médecins musulmans, le lien répété entre eux et leurs habitudes religieuses de prière et de culte et la propagation du virus, les accusations selon lesquelles ils infectent délibérément les hindous ont été relayées de manière répétée sur les plateformes et les applications des médias grand public et sociaux.
  • Rôle des médias grand public et sociaux. La diffusion d’actes de violences via les plateformes de médias sociaux permet à leurs auteurs de se présenter aux autres groupes et politiciens de l'hindutva comme des nationalistes hindous audacieux et de consolider leur réputation de protecteurs de l'hindouisme. Cette médiatisation sert aussi de moyen d’intimidation envers les groupes religieux minoritaires, afin de les dissuader de pratiquer leur foi. En outre, lorsque des incidents de violence et de discrimination se produisent, les médias grand public excluent systématiquement les récits des victimes de leurs reportages. Dans certains cas, lorsqu'il n'est pas possible de retourner l'incident contre les minorités religieuses, les médias ne couvrent tout simplement pas l'incident.

Télécharger le rapport en français (PDF)

Télécharger le rapport complet en anglais (PDF)